Daniel DAUM (Groupe Prisma Media): «  L’objectif est de lancer 3 à 4 nouvelles web-séries en 2016 »

296

Dans le cadre d’une conférence de presse organisée le 16 février dernier, le Pôle TV-Entertainment du Groupe Prisma Media est revenu sur les activités du groupe et ses différents développements prévus en 2016. Les détails avec Daniel DAUM, Editeur du Pôle TV-Entertainment du Groupe Prisma Media.

média+ : 2015 a été une année fatidique en termes de transformation digitale pour Prisma Media. Comment le Pôle TV-Entertainment a-t-il appréhendé cette réorientation ?

Daniel DAUM : Nous sommes au cœur d’une transformation digitale depuis 2007. Nous avions acheté le nom de domaine programmes-tv.net. Une nouvelle version de l’application «Télé Loisirs» a été lancée en 2011 avec le succès que l’on connaît, et puis nous avons fortement investi la vidéo dès 2012. La grande étape en 2015 a été de réorganiser courant mai la structure de notre rédaction avec une «Newsroom» qui réunit «Télé Loisirs», «Télé 2 Semaines» et «TV Grandes Chaînes» au cœur d’une rédaction de 100 journalistes, répartis en 7 pôles thématiques. Dans une logique multi-médias, multi-marques, print et digital, cette réorganisation nous a permis de passer de 50 à 100 news/jour sur le digital. Depuis deux ans, nous valorisons également la marque «Voici» en print et en digital pour qu’elle soit à la fois glamour et sexy, et qu’elle corresponde à son ADN féminin. Quant à «VSD», elle impose depuis peu une nouvelle formule ainsi qu’une ligne éditoriale renouvelée à 360°.

média+ : Le digital peut-il devenir aussi rentable que le print ?

Daniel DAUM : Le papier reste très rentable puisque nous maîtrisons la fragmentation du marché de la presse magazine. La presse TV baisse beaucoup moins que d’autres secteurs. Les recettes publicitaires qui diminuent en print, nous parvenons à la surcompenser sur le digital. Cette activité numérique justement est très rentable avec une progression de 30% sur notre chiffre d’affaires sur ce secteur. Avec 7M de visiteurs uniques sur le Web, presque 5M sur le mobile et 3 à 4M sur tablette, la marque «Télé Loisirs» est l’une des plus puissantes du Web. Notre enjeu est de capitaliser à la fois sur sa monétisation (avec de nouveaux annonceurs, notamment sur des opérations spéciales), mais aussi de travailler la marque d’un point de vue qualitatif et quantitatif. En juin, nous lancerons «My Télé-Loisirs», un guide de programmes personnalisé (live, replay, VOD, SVOD et vidéos) en fonction de vos goûts, de vos équipements et de vos abonnements (box, Canal+ ou encore Netflix). Accessible prochainement sur le site du magazine, le service sera financé par la publicité.

média+ : Mondadori s’est associé avec AB Groupe pour lancer des chaînes TV sous la marque «Science & Vie». Réfléchissez-vous à en faire de même en TV ?

Daniel DAUM : Tout d’abord, c’est bien la preuve que des magazines et des contenus puissants peuvent inspirer tous types de médias. Ce modèle existe également en Allemagne avec GEO déclinée en TV. Maintenant, en France, cette diversification fait partie de nos réflexions. Des producteurs viennent déjà nous voir pour décliner certains de nos formats vidéo en TV. Nous avons lancé dernièrement la web-série «Trône Des Frogz» (1M de vues en 5 jours), et j’ai été contacté par un patron de chaîne de TV intéressé par ce type de projet. L’idée est de construire à présent une grille de programmes de vidéos. A terme, nous aimerions proposer un nouveau format par semaine. Nous aimerions aussi lancer 3 à 4 web-séries en 2016. Nous nous associerons avec des coproducteurs.

média+ : Consommée par une population de plus en plus âgée, la presse magazine TV peut-elle disparaître à terme ?

Daniel DAUM : Je comprends la question. On me l’a pose depuis cinq ans. Nous avons quand même des diffusions situées entre 800.000 et 900.000 exemplaires pour chacun des trois titres TV. Nous avons des années devant nous. Mais il est vrai que nous devons à la fois les moderniser et les réinventer.