Des députés saisissent la justice de possibles «manquements» lors du casting d’enfants sur le film «CE2» de Jacques Doillon

117

Trois députés ont saisi la justice de possibles «manquements» lors du casting d’enfants sur le film «CE2» de Jacques Doillon, dont la sortie a été reportée après les accusations d’agressions sexuelles portées contre le cinéaste par Judith Godrèche, a-t-on appris mercredi auprès de l’une des parlementaires.

Comme deux de ses collègues avec lesquels elle a saisi le parquet de Paris, la députée Modem Perrine Goulet a été destinataire d’auditions filmées qui, selon elle, «ne respectent pas le droit des enfants», a-t-elle déclaré, confirmant une information du Monde. Dans un communiqué, la société de production se dit, elle, «sereine» et affirme tenir à la disposition de la justice les «preuves» démontrant que «l’intérêt supérieur des enfants avait été préservé».

D’après la députée, une des vidéos montre la directrice de casting pousser une jeune fille victime de harcèlement à revenir sur cette expérience. «Cette directrice de casting force l’enfant. (…) Elle se tortille, c’est très difficile à regarder», estime Mme Goulet. La production évoque, elle, «une maladresse commise par une seule personne dans une seule vidéo d’essai sur plus d’une centaine (…) réalisées». Selon la députée, une vidéo montre également cette directrice de casting demander à une petite fille de «taper pour de vrai» un garçon. «Ils font se taper les enfants en réel, ce n’est pas possible», juge-t-elle. La production répond ne pas avoir connaissance d’un tel extrait qui, selon elle, ne peut correspondre qu’à la répétition d’une scène et pas à une audition de casting.

Après avoir visionné ces images, les députés les ont fait parvenir en fin de semaine dernière à la procureure de Paris et ont émis un signalement en vertu de l’article 40 du code de procédure pénale. «On attend le retour de la justice», dit Mme Goulet.

Fin février, devant des sénateurs, Judith Godrèche avait assuré que Jacques Doillon avait, pour les besoins de ce film, donné pour instruction de rechercher une petite fille victime de harcèlement «pour lui faire revivre à l’écran ce qu’elle a vécu dans la vie».

La société de production avait alors rejeté ces accusations. La sortie de «CE2», avec Nora Hamzawi et Alexis Manenti, était prévue ce mercredi mais a été repoussée après les déclarations de Judith Godrèche accusant Jacques Doillon d’agressions sexuelles alors qu’elle était mineure. Le cinéaste de 79 ans conteste ces accusations qui ont conduit à l’ouverture d’une enquête du parquet de Paris.