Duel dominical: La Tribune Dimanche relance la compétition dans la presse, visant un créneau délaissé par le JDD 

183

Après le virage à droite du JDD, le lancement cette semaine d’un nouveau journal dominical, La Tribune Dimanche, relance la concurrence dans la presse écrite en ce jour de plus en plus stratégique pour un secteur en crise. «On espère conquérir des gens qui ne se retrouvent plus dans l’offre du dimanche», déclare Jean- Christophe Tortora, président de La Tribune. Vendue en version papier et numérique, La Tribune Dimanche est une déclinaison généraliste du quotidien économique en ligne, racheté par l’armateur CMA CGM du milliardaire Rodolphe Saadé. Elle mise sur «l’analyse, le décryptage», car «les Français ont plus de temps le dimanche» pour «des formats plus longs», selon M. Tortora, qui espère 30.000 ventes pour le premier numéro (sur un tirage de 120.000 exemplaires). Dirigé par Bruno Jeudy (ancien du JDD), ce nouveau titre sera le quatrième journal national du dimanche. Deux seront ses concurrents directs: Le Parisien/ Aujourd’hui en France et le Journal du dimanche, dirigé depuis août par Geoffroy Lejeune, marqué à l’extrême droite mais qui se définit plutôt comme «conservateur et catholique» dans une interview au Figaro vendredi. Le dernier quotidien national dominical, L’Equipe, traite de sport. Et nombre de quotidiens régionaux ont aussi une édition ce jour-là. C’est d’ailleurs l’un d’eux, Ouest-France, qui a le plus gros tirage, avec 398.000 exemplaires selon l’ACPM (Alliance pour les chiffres de la presse et des médias). 

Lecteurs/électeurs : Cet été, le paysage de la presse dominicale a été secoué par un tremblement de terre avec l’arrivée de M. Lejeune au JDD. Beaucoup y ont vu la main du milliardaire ultra-conservateur Vincent Bolloré, dont le groupe Vivendi est en passe d’avaler Lagardère, propriétaire du journal. Après une grève de 40 jours, la quasi-totalité de la rédaction est partie et l’hebdomadaire a adopté une ligne engagée à droite. «Le choix assumé par le JDD, c’est d’être un journal d’opinion, commente M. Tortora. Nous, on traitera de la politique mais on n’est pas là pour en faire, on ne cherche pas des électeurs mais des lecteurs». De quoi en déduire que La Tribune Dimanche veut refaire le JDD d’avant Geoffroy Lejeune? M. Tortora s’en défend: «On a notre propre ADN». Chez Lagardère News, on assure qu’«il n’y a pas eu d’hémorragie» des ventes : «On est sur les mêmes ventes papier qu’entre janvier et juin, et à +13% pour les abonnements numériques depuis août», affirme-t-on sans préciser ces chiffres. Selon l’ACPM, le JDD s’était vendu à 124.000 exemplaires (papier et numérique) chaque dimanche entre juillet 2022 et juin 2023. 

Interviews politiques : Les grandes interviews politiques sont l’un des enjeux de cette recomposition. Elles étaient la marque de fabrique du JDD mais, depuis son repositionnement, aucun responsable de premier plan de la majorité présidentielle ne s’y est exprimé. Pour l’heure, Le Parisien/ Aujourd’hui en France occupe ce créneau. Le Parisien s’écoule à 160.000 exemplaires le dimanche, et Aujourd’hui en France, son jumeau vendu en province, à 60.000. Côté presse régionale, les journaux du groupe Nice-Matin (Nice-Matin, Var- Matin et Monaco-Matin) viennent eux aussi de lancer une nouvelle formule dominicale. Là encore, l’accent est mis sur les sujets de société, l’art de vivre et les formats longs.