E.PRIOU (SPI) : « Nous discutons souvent avec le CNC qui est tantôt notre meilleur ami et tantôt notre pire ennemi »

250

Le Syndicat des Producteurs Indépendants (SPI) était présent à la trentième édition du Sunny Side of the Doc. L’occasion pour média+ de rencontrer Emmanuel PRIOU, Président du SPI.

media+

Vous étiez présent à la 30ème édition du Sunny Side of the Doc. Quelle était votre feuille de route ?

Emmanuel PRIOU

Le syndicat des producteurs indépendants (SPI) a toujours été présent au Sunny Side of the Doc. 150 de nos adhérants sont des producteurs de documentaires et ce, sur tout le territoire jusqu’en Outre-mer. Le SPI est une bonne représentativité de ce qu’est la production documentaire. Durant le Sunny Side of the Doc, nous avons aussi rencontré de nombreux professionnels du secteur et échanger avec eux sur leur problématique et leur place dans ce marché du documentaire.

media+

Le CNC parle d’une production «atomisée» concernant le documentaire. Qu’en pensez-vous ?

Emmanuel PRIOU

L’adjectif n’est pas dénué de sens mais le terme atomisé est très péjoratif. Le CNC essaie de dire que c’est un problème que nous soyons nombreux et dispersés. C’est un comble. Se plaint-on qu’il y a trop de restaurants en France ? Non, évidemment. C’est une chance pour le genre du documentaire. La production du genre cinématographique est aussi un secteur atomisé. Nous discutons souvent avec le CNC qui est tantôt notre meilleur ami et tantôt notre pire ennemi. Le documentaire est néanmoins très aidé. Nous avons demandé au CNC la mise en place d’un grand plan pour le documentaire afin de valoriser ce secteur, comme ce qui a pu être fait avec le grand plan fiction.

media+

France Télévisions ose la diffusion de documentaires en Prime. Est-ce une avancée suffisante selon-vous ?

Emmanuel PRIOU

Il y a une quinzaine d’années, nous travaillions déjà sur la question du documentaire à France Télévisions. A l’époque, notre combat était la diffusion de documentaires en dehors des troisièmes parties de soirée. Cela a été un long travail qui s’est avéré être un succès puisque le public est au rendez-vous. Le documentaire progresse, certes. La qualité française est indiscutable à l’international. Je souhaite que nous poursuivions notre stratégie éditoriale qui consiste à divertir tout en étant intelligent et propice à la réflexion. Il faut que le documentaire puisse avoir un rebond dans la vraie vie.

media+

Quel regard portez-vous sur les plateformes numériques ?

Emmanuel PRIOU

Concernant le numérique, la question de l’ergonomie est primordiale. L’offre est multiple et la recherche du contenu complexe. Nous devons soutenir le projet «SALTO» de France Télévisions et des chaînes privées. Mais en même temps, il faut être conscient de la question de l’investissement et du retard qui a été pris par rapport à d’autres plateformes, notamment américaines, très puissantes.