Entretien avec … Emmanuel Suard, Directeur Adjoint des Programmes et Philippe Chazal, Directeur des Projets d’Arte France

    205

    Arte a profité du Sunny Side of the Doc pour présenter sa politique en matière de documentaire. Emmanuel Suard, le Directeur Adjoint des Programmes et Philippe Chazal, Directeur des Projets d’Arte France, ont ensemble présenté les 3 axes forts de cette politique: la coproduction internationale, l’innovation (les nouvelles formes de documentaires) et le renouvellement de l’investigation comme ligne éditoriale des documentaires.

    média+ : Quel est le bilan de la chaîne cette année sur le documentaire ?

    Emmanuel Suard : Le documentaire est encore le genre phare sur l’antenne d’Arte: 72 heures de documentaires chaque semaine dans 18 cases différentes. Ce qui représente 18% de la grille. Nous avons engagé 28 millions d’euros chez Arte France (pour un budget global de 73 millions d’euros) pour réaliser des documentaires. L’année dernière nous avions présenté à la même époque les priorités de la chaîne: la multiplication des formats de 90′ en prime time. Cette politique s?est révélée fructueuse puisqu’Arte s’est illustrée notamment avec «Le monde selon Monsanto» ou «Tara». L’histoire s’est également très bien comportée dans le format 90′ comme pour le documentaire «Le dernier combat d’Ariel Sharon», diffusé dans le cadre de la programmation spéciale sur Israël.

    média+ : Quelle place la coproduction prend-elle dans la grille d’Arte ?

    Philippe Chazal : La place de la coproduction est très forte. Emmanuel vient de parler de notre volonté, l’an passé, de multiplier les 90′. Et pour y arriver nous avons fait appel à d’autres chaînes. C’est très naturel de travailler avec nos voisins européens comme «Channel 4», la «BBC» en Grande-Bretagne, la «RTBF» en Belgique, la Suisse ou des chaînes scandinaves. Mais aussi avec des chaînes internationales américaines, canadiennes («National Geographic», «WGBH») ou «NKH» pour le Japon. Nos participations moyennes dans les documentaires est de 300 000 euros.

    média+ : Quels sont vos grands projets de coproduction?

    Philippe Chazal : L’expédition scientifique «La grotte de Naïca» est certainement le plus important documentaire à venir. Il est actuellement en cours de montage. Il s’agit d’un 90′ réalisé par Tim Wolotchiatuck, coproduit par Arte France, Telfrance, Ga&A (Italie), Galafilm (Canada), Coproducciones (Mexique), National geographic (USA), Discovery Canada, Discovery Latin America, NKH (Japon) et en association avec la RTBF (Belgique) sur la découverte au Mexique d’une grotte de l’équivalent de 8 terrains de football remplis d’immenses cristaux. Le documentaire sera diffusé en 2009. D’autres coproductions sont en cours comme «Justice à Vegas» diffusé en 2009. Il s’agit d’une série-documentaires signés Rémy Burkel, Denis Poncet et Jean-Xavier de Lestrade (10×52′).

    média+ : Quelles sont les meilleures ventes à l’international ?

    Philippe Chazal : «Marc Jacob & bLouis Vuitton» compte 30 ventes éparpillées dans le monde (USA, Chine, Japon, Canada, Suisse…) avec de beaux succès d’audiences. «Naufragés de Andes» a été vendu 20 fois au Japon, en Norvège, en Australie, au Moyen Orient, aux USA, au Canada etc. Il est même sorti au cinéma au Japon, en Pologne et aux USA. «Le monde selon Monsanto» s’est également très bien vendu notamment au Japon (NHK), en Australie (SBS), au Canada (Artv), en Suisse (RTSI) et en Allemagne (WDR).

    média+ : Quels sont les autres documentaires «évènements» de la chaîne ?

    Emmanuel Suard : Sur les formats hybrides, nous avons «Cut Up» (13×52′), qui sera diffusé en 2009 , un patchwork de petits documentaires autour d’un thème de société. Il y a également «Twenty Show», un 90′ mêlant antenne premium et en avant première sur Internet en septembre 2008 ou «Gaza/Sderot» qui entre dans le cadre des «Synchronicités», le concept original d’arte.tv. Autre rendez-vous pour le 5 septembre 2009, à l’antenne durant 24 heures d’affilés sur RBB et Arte France et Allemagne, «24h Berlin», qui sera tourné en septembre prochain. Le documentaire racontera le quotidien de la capitale, 20 ans après la chute du mur.