Etat d’urgence: le Pakistan filtre l’importation d’antennes satellite

    182

    Le Pakistan a rendu extrêmement difficile mardi l’importation d’antennes de réception de la télévision par satellite, muselant un peu plus des médias audiovisuels au plus fort de la crise politique et au 10ème jour de l’état d’urgence. Un décret du ministère du Commerce soumet l’importation des antennes satellite de réception et d’émission, des décodeurs mais aussi des équipements d’enregistrement à une autorisation spécifique délivrée par l’agence gouvernementale de contrôle des médias électroniques. Le gouvernement avait déjà privé d’antenne toutes les chaînes privées du pays, qu’il s’agisse d’émissions hertziennes ou par câble, dès que le président Pervez Musharraf a instauré l’état d’urgence le 3 novembre. Seules une ou deux chaînes privées peuvent encore être reçues par le biais d’antennes paraboliques et de décodeurs, les autres appelant leurs auditeurs à consulter leurs sites Internet. L’unique chaîne qui émet encore par câble dans tout le pays est la télévision d’Etat PTV. Le général Musharraf a instauré l’état d’urgence en invoquant la menace islamiste et l’ingérence du pouvoir judiciaire dans le domaine exécutif, mais l’opposition et les capitales occidentales unanimes l’accusent d’avoir trouvé là des prétextes pour tenter de s’accrocher à un pouvoir vacillant à l’approche des élections législatives, qu’il a maintenues avant le 9 janvier. Pour l’opposition et les organismes de défense des droits de l’Homme, il est notamment difficile d’imaginer une campagne électorale et même un scrutin «libre et équitable» sans médias indépendants. D’autant que l’état d’urgence interdit également tout rassemblement public.