Etienne Mougeotte, Vice-Président et Directeur Général de TF1

    156

    TF1 est la chaîne leader incontestable d’un paysage audiovisuel en pleine mutation. Etienne Mougeotte répond à nos questions sur le nouvel univers de la première chaîne..

    média+ : Vous avez réalisé 98 des 100 meilleures audiences de l’année 2006. Quelle est votre recette?

    Etienne Mougeotte: C’est un mélange d’études et d’intuition. Les attentes du public sont mesurées à partir des éléments dont on dispose: les résultats d’audience, les études sur les comportements du public et l’évolution de la société française. Par ailleurs, il y a aussi l’intuition, la perception de mes collaborateurs et moi-même de la demande du public.

    média+ : Les nouveaux entrants sont-ils une menace pour TF1 ?

    Etienne Mougeotte: L’arrivée de nouvelles chaînes constitue une concurrence nouvelle. Mais la TNT n’est jamais qu’un moyen de diffusion supplémentaire. C’est une compétition nouvelle que nous affrontons bien volontiers. D’ailleurs, nous y sommes partie prenante, puisque TF1 est présent sur la TNT. Nous sommes co-actionnaires de TMC avec Claude Berda. La TNT n’est pas un domaine absolument nouveau pour nous.

    média+ : Vous êtes entré dans le capital d’AB groupe à hauteur de 35,1%. Est-ce pour conforter votre position sur la TNT ?

    Etienne Mougeotte: C’est plus un moyen d’unir nos efforts que nous fondre les uns dans les autres. AB reste AB et TF1 reste TF1. C’est une simple participation financière. Nous n’avons pas le contrôle du groupe AB. Claude Berda reste majoritaire et dirige seul sa société.

    média+ : Pensez-vous qu’il y aura une prime aux grands groupes de médias ?

    Etienne Mougeotte: Il est très important qu’il y ait, en France, quelques grands groupes de média pour affronter la concurrence internationale. L’ouverture des frontières fait que nous sommes confrontés à des groupes extrêmement puissants, comme ceux de Bertelsmann, de Rupert Murdoch ou de grands groupes américains. En outre, seuls les grands groupes peuvent investir de manière forte dans la création, notamment dans la production audiovisuelle. Donc si l’on veut garantir la diversité culturelle, le développement d’un outil de production avec des créateurs, des auteurs et des acteurs français, il faut leur permettre de vivre.

    média+ : La chaîne bonus va-t-elle dans ce sens ?

    Etienne Mougeotte: Il faut laisser le Parlement faire son travail, mais je crois qu’il est important que les grands groupes puissent être fortement présents dans le nouveau paysage de la télévision numérique hertzienne.

    média+ : On dit que la télévision mobile personnelle pourrait émettre dès cet été…

    Etienne Mougeotte: On verra si ce sera effectivement rapide… Nous sommes prêts. Nous travaillons sur des produits sur lesquels nous sommes assez avancés. On les montrera dès que le moment de diffuser sera venu.

    média+ : La télévision haute définition est-elle un enjeu majeur pour TF1 ?

    Etienne Mougeotte: La télévision haute définition est très importante pour le groupe car cela constitue une avancée technologique au bénéfice des téléspectateurs : c’est très spectaculaire pour les films, les manifestations sportives et le grand spectacle. Nous sommes très mobilisés sur le sujet. Nous avons beaucoup travaillé et nous sommes prêts à développer notre propre télévision haute définition.

    média+ : Internet semble être un axe de développement important pour les chaînes de télévision…

    Etienne Mougeotte: C’est l’un des axes importants de TF1. En décembre, Wat.tv (le site communautaire de TF1) a franchi largement le seuil des 500 000 visiteurs uniques. Il s’agit d’un des points de développement de TF1, mais il y en a d’autres: nous nous développons notamment dans le e-commerce, à travers teleshopping.fr. Tous les grands groupes de télévision cherchent à se développer sur Internet pour offrir aux annonceurs une offre dite multimédia: toute une gamme de service qui répond à leurs besoins pour lancer un produit ou développer leur marché. Pour autant, la télévision reste le métier de base et le sera pour longtemps.