Europe 1 : Philippe Val rejoint la matinale comme éditorialiste

26

L’ancien patron de France Inter et de «Charlie Hebdo», Philippe Val, tiendra dès vendredi un édito hebdomadaire dans la matinale d’Europe 1, a annoncé jeudi la station privée du groupe Lagardère, marquée par une vague de départs voulus ou contraints cet été. 

Comme l’avait annoncé le «Figaro» fin août, «le journaliste, essayiste et écrivain proposera, chaque vendredi à 7h43, un édito en liberté» dans la matinale présentée par Dimitri Pavlenko, transfuge de CNews et successeur de Matthieu Belliard, selon un communiqué d’Europe 1. «Passionné par le débat d’idées, Philippe Val apportera, aux auditeurs, son regard et son éclairage sur les grands sujets qui animent la société», précise la radio. 

Du lundi au jeudi, c’est le chroniqueur Matthieu Noël qui occupe sa case horaire avec son billet «Ça se plaide !», est-il rappelé. Aux côtés du dessinateur Cabu, Philippe Val a relancé Charlie Hebdo en 1992. A la tête de l’hebdomadaire satirique pendant 17 ans – d’abord comme rédacteur en chef puis comme directeur de la publication -, il est nommé en 2009 directeur de France Inter, fonction qu’il occupe jusqu’en 2014. 

Egalement auteur d’une quinzaine d’essais et de plusieurs ouvrages, il rejoint une grille profondément remaniée, dans le sillage du rapprochement d’Europe 1 avec CNews, la chaîne d’information du groupe Canal+, avec qui elle partage le même actionnaire principal, Vincent Bolloré. Face aux craintes d’une grande partie de la rédaction d’un changement de ligne rédactionnelle après ce rapprochement, Europe 1 avait connu en juin sa première grève d’ampleur. 

Depuis, outre la suppression prévue d’une quarantaine de postes, de nombreux journalistes ou figures historiques de la radio ont plié bagage, dont le présentateur Laurent Cabrol, l’éditorialiste politique Michaël Darmon, l’humoriste Nicolas Canteloup, Patrick Cohen, Anne Roumanoff, Matthieu Belliard, Julie Leclerc ou encore Wendy Bouchard. 

Une dizaine de journalistes pourraient en outre profiter d’un dispositif semblable à une clause de conscience (qui permet de partir avec des indemnités en cas de désaccord avec une ligne éditoriale), a indiqué jeudi le délégué syndical SNJ, Olivier Samain, précisant qu’un accord avec la direction était «sur le point d’être finalisé». 

La semaine dernière, la présidente de Lagardère News, Constance Benqué, a assuré au Figaro que la ligne éditoriale d’Europe 1 ne «change(ait) pas» et annoncé le «recrutement ou la titularisation de dix-sept personnes, vingt-cinq à l’échelle de la radio», et d’autres recrutements «en cours».