F. BÉLIER (La Fabrique des Formats) : «Les sociétés de production indépendantes jouent un rôle majeur dans la production de formats»

65

Avec un fonds d’investissement dédié, la Fabrique des Formats est un dispositif d’accompagnement et de financement de projets qui se concentre sur le développement de formats et notamment la production de pilotes. Comme chaque année, la structure révèle une étude sur le marché des formats en France. L’occasion pour média+ de s’entretenir avec Fiona BÉLIER, Directrice générale de la Fabrique des Formats.

MEDIA +

Quelle est la méthodologie et les objectifs de votre «étude sur le marché des formats» ?

FIONA BÉLIER

Après une année 2020 marquée par le Covid et le 1er confinement, nous avons analysé l’année 2021 autour de 3 outils: 1) le relevé des nouveaux formats lancés sur le linéaire et les catalogues français de Netflix et de Prime Video, accompagné de leur caractérisation (création VS adaptation, profil de la société de production, pays d’origine…).  2) une observation des soirées de Prime et d’Access de TF1, France 2 et M6, ainsi que la programmation du divertissement. 3) la compilation des résultats à l’export des formats de création française.

MEDIA +

Y’a-t-il un nombre constant de nouveaux lancements depuis 2018 ?

FIONA BÉLIER

La situation s’améliore ! Il y a une vraie reconnaissance du format et du savoir-faire des producteurs indépendants. Sur l’année 2021, nous observons un record pour la création: 35 nouveaux formats lancés (23 créations, 8 adaptations, 1 dérivé et 3 reboots). Tout cela dans un univers assez contraint avec des anciennes marques toujours en place, notamment en Prime.

MEDIA +

Les stratégies sont-elles différentes entre les groupes TF1, France Télévisions et M6 ?

FIONA BÉLIER

TF1 et M6, par leur statut de chaînes privées, sont attendues sur le format et le divertissement. Sur les 10 nouveaux formats diffusés sur TF1, 5 sont des créations. Le groupe M6 est davantage dans une optique de prise de risque sur l’ensemble de ses chaînes. Le groupe s’intéresse de près aux formats et donne sa chance à des créations quand elles sont incarnées par des animateurs vedette comme Stéphane Plaza ou Cristina Cordula. En 2021, le groupe M6 a lancé 13 nouveaux formats dont 9 créations, sur l’ensemble de ses chaînes. Quant à France TV, il se met au format : 8 lancements sur 2021 dont 7 créations sur France 2 et France 3.

MEDIA +

Le nombre d’adaptations est en baisse depuis 2019. Comment l’expliquez-vous ?

FIONA BÉLIER

Les créations progressent, et la logique de reboot s’installe. Le retour de «Star Academy» (TF1), «Masterchef» (France 2) et d’«Une Famille en Or» (TF1) ne font que confirmer cet élan. Le format de divertissement est une sorte de création patrimoniale que l’on peut revisiter.

MEDIA +

Sur les formats, quel est le genre majeur ?

FIONA BÉLIER

Le factual (40%) prend la tête des tendances en termes de programmes mis à l’antenne. Aujourd’hui, il y a un déficit de «killers formats» sur le marché international. On observe alors une multiplication des plus petits formats qui ont une existence sur moins de territoires. Dans ce contexte, il est plus facile de mettre à l’antenne du factual – une forme d’écriture documentaire formatée – qu’un gros divertissement.

MEDIA +

Les créations sont-elles majoritairement produites par des sociétés de production indépendantes?

FIONA BÉLIER

Sur l’ensemble des nouveaux formats diffusés, 7 sur 10 sont produits par des indépendants. Le rôle des sociétés de production indépendantes est majeur aujourd’hui. Parmi les autres acteurs sur le flux,  deux ressortent: Banijay et Satisfaction. Mediawan aura probablement une carte à jouer à l’avenir. Sur les créations uniquement, le poids des indépendants est aussi majeur : 78% dont 35% produits par Banijay.

MEDIA +

Contrairement aux années précédentes, le Royaume-Uni n’est pas le premier exportateur de formats adaptés pour les chaînes françaises. Qui prend la relève ?

FIONA BÉLIER

Personne ! En 2021, on observe 8 adaptations de 8 pays différents. 4 viennent d’Europe : Belgique, Pays-Bas, Espagne, Allemagne, et 4 sont internationaux : UK, Israël, Japon, Corée du Sud. C’est la marque de la globalisation du marché. Un bon format peut venir de n’importe quel territoire».

MEDIA +

Quelles sont les autres tendances ?

FIONA BÉLIER

De plus en plus de jeux ont la particularité d’être diffusés en Prime Time, ce qui les rend plus premium que d’habitude. Les protagonistes de ces quiz sont souvent des champions: «Le Club des Invincibles», «Le Quiz des Champions». C’est autour de leur histoire que l’on construit des émissions de divertissement. Deuxième tendance, le factual qui apparaît comme le genre principal de l’Access, notamment sur les chaînes privées.

MEDIA +

Quel est le poids du divertissement en Prime ?

FIONA BÉLIER

TF1 offre davantage de soirées de divertissement (116) en 2021 avec l’ouverture notamment d’une nouvelle case : le mardi soir. Une cinquantaine de soirées est toujours occupée par «The Voice» ou «Koh Lanta». 82% des formats diffusés en 2021 l’étaient déjà l’année précédente. On enregistre néanmoins 13 soirées de nouveaux divertissements sur la Une dont des émissions anniversaire («20 ans de la Star Ac’», «10 ans de VTEP»,…). France 2 privilégie des formats non périodiques hormis «Fort Boyard», «Prodiges» ou «The Artist». M6 capitalise sur 5 principales marques qui sont les mêmes depuis plusieurs années: «Top Chef», «L’Amour est dans le pré», «Pékin Express», «La France a un Incroyable Talent» et «Le Meilleur Pâtissier». Les 5 lancements de M6 en 2021 sont d’ailleurs passés assez inaperçus : «Domino Challenge», «Show Me Your Voice», «Opération Renaissance», «Les stars voyagent dans le temps», et «La soirée extraordinaire».

MEDIA +

Et sur la question de l’export ?

FIONA BÉLIER

Dans le Top des formats français les plus distribués en 2021 : «VTEP» et «Guess My Age» arrivent en tête avec 4 ventes chacun. Suivent «Fort Boyard», «La Chanson Secrète» et «Tous en cuisine» qui décrochent trois nouvelles ventes. Et enfin, «Prodiges», «Dix pour cent», «Blind Test» et «Une maman formidable» avec 2 ventes chacun.