F. MARCHETTI (PFDM) : «Secteur de la culture et des médias : 8 /10 femmes seraient victimes de sexisme sur le lieu de travail»

187

endredi 1er décembre 2023, l’association Pour les Femmes dans les Médias (PFDM) a dévoilé son premier baromètre sur la diversité et l’inclusion dans les secteurs de la culture et des médias. L’occasion pour media+ d’évoquer les différents enseignements avec Françoise MARCHETTI, Président Pour les Femmes dans les Médias (PFDM).

media+

Comment a été pensé votre baromètre sur la diversité et l’inclusion ?

Françoise MARCHETTI

L’association Pour les Femmes dans les Médias (PFDM) développe depuis dix ans un réseau de soutien de près de 300 membres et mentorées pour les femmes dirigeantes des médias, afin de les aider à peser dans leur secteur économique et contribuer à la modification des comportements sociétaux pour atteindre une vraie parité. Pour la première fois, nous dévoilons un baromètre pour mesurer la perception en matière de discrimination et d’inclusion dans le secteur des médias et de la Culture. Pour ce faire, 6.270 personnes travaillant dans les secteurs de la Culture et des médias ont répondu au questionnaire, du 14 juin au 3 juillet 2023.

media+

Quels sont les résultats de ce baromètre ?

Françoise MARCHETTI

Ce baromètre est alarmant ! Les femmes et plus particulièrement les femmes issues de la diversité se sentent massivement discriminées et moins intégrées que les hommes. Il est urgent d’agir ! 79% des répondants constatent des phénomènes de discrimination dans le secteur de la Culture et des médias. Ce chiffre monte à 90% pour les femmes issues de la diversité qui subissent donc la double peine. De plus, 43% des répondants ont été témoins de discriminations et 41% des femmes sont victimes de discrimination. À noter que ce dernier chiffre monte à 54% pour les femmes issues de la diversité. Enfin, il est alarmant de voir que 8 femmes sur 10 ont été victimes de sexisme sur le lieu de travail, dont 50% régulièrement !

media+

Ces sujets de diversité et d’inclusion sont-ils encore tabous ?

Françoise MARCHETTI

Bien entendu, les sujets sont encore tabous et les outils mis en place son jugés inexistants ou inefficaces. 31% des victimes de discrimination ne parlent pas. Les répondants réclament des outils concrets à 68% par les femmes, et à 49% par les hommes. La différence de perception entre les hommes et les femmes est assez forte. Alors que 85% des femmes pensent que les hommes et les femmes ne peuvent pas bénéficier des mêmes opportunités professionnelles, ce chiffre descend à 57% pour les réponses données par les hommes. Si 77% des femmes pensent que les hommes et les femmes n’ont pas les mêmes possibilités de participer aux prises de décision, ce chiffre arrive à 46% pour les hommes. Enfin, 49% des hommes pensent que le processus de recrutement n’est pas transparent et équitable. Une réponse approuvée par 70% des femmes.

media+

Face à ce constat, quelles sont vos propositions ?

Françoise MARCHETTI

58% des répondants demandent des actions et outils concrets pour mieux promouvoir la diversité. Nous pouvons agir ! PFDM s’est engagé dans l’élaboration et la création de deux chartes essentielles avec en mars 2019 une charte de bonne conduite contre le harcèlement et les agissements sexistes dans les entreprises de médias, et en mars 2022, une boite à outils : «Parité Mode d’Emploi». Nous conseillons vivement aux entreprises de faire un état des lieux et de mesurer régulièrement les progrès. De plus, il est important de prévenir et de formaliser une procédure de lutte contre les discriminations et les agissements sexistes. Je reste néanmoins très optimiste : nous sommes très bien entendus par les différents groupes audiovisuels.