F. OLIVENNES (Audiens) : «L’intermittence du spectacle a été l’un des amortisseurs de la crise pour la filière Image et Cinéma»

47

Hier après-midi, dans le cadre du Festival de Cannes 2022, Audiens a dévoilé les chiffres de l’emploi dans le secteur cinématographique et audiovisuel. L’occasion de nous entretenir avec Frédéric OLIVENNES, Directeur général d’Audiens.

media+

Après une crise inédite, les principaux indicateurs offrent-ils des perspectives encourageantes ?

Frédéric OLIVENNES

Dans l’ensemble, la reprise est là. L’emploi dans la filière Image a dépassé les niveaux de 2019, même si cela reste plus contrasté pour la filière Cinéma. Avec 10.547 entreprises et 211.616 salariés en 2021, les secteurs du Cinéma et de l’Image apparaissent comme des filières techniques à la fois pérennes et pourvoyeuses d’emploi.

media+

Quel premier enseignement tirez-vous de cette étude ?

Frédéric OLIVENNES

Au-delà des aides d’État qui ont été massives, l’autre amortisseur de la crise pour nos industries a été l’intermittence du spectacle. Sur la production cinématographique et audiovisuelle, les intermittents du spectacle représentent plus de 80% de l’emploi. Nous le savons tous, entre 2019 et 2020, l’emploi dans le secteur cinématographique et audiovisuel a été fortement impacté par la contraction économique liée à la crise sanitaire. Les intermittents du spectacle, les catégories d’ouvriers et de techniciens ont été particulièrement fragilisées (-24 % de masse salariale entre 2019 et 2020). C’est pourquoi, le mécanisme de protection sociale des intermittents a montré toute sa flexibilité auprès des employeurs. En contrepartie de cette souplesse, on a construit en France des mécanismes solidaires qui viennent compenser la précarité de l’emploi des intermittents sur leur protection sociale : à la fois le chômage et la complémentaire santé et prévoyance que gère Audiens.

media+

Quel est l’autre enjeu des filières Image et Cinéma sur l’emploi ?

Frédéric OLIVENNES

Parmi les données statistiques que nous détenons, il faut faire attention à une catégorie : les jeunes. C’est un enjeu majeur dans nos métiers. La filière attire beaucoup de jeunes. Nous avons un rôle à jouer pour leur insertion, en particulier chez les jeunes intermittents. Ce que les statistiques ne montrent pas, c’est que même si l’intermittence du spectacle a retrouvé son niveau d’avant, c’est toujours plus compliqué pour les primo entrants. La vigilance doit être collective pour accompagner l’insertion des jeunes.

media+

Comment évolue la création d’entreprises dans le secteur ?

Frédéric OLIVENNES

On observe une tendance plus forte à la création d’entreprises dans la filière Image, et notamment la production audiovisuelle et de films d’animation. C’est un signe de dynamisme et de créativité.

media+

Un dernier mot ?

Frédéric OLIVENNES

Il existe une vraie guerre des talents. On observe des tensions sur les recrutements dans beaucoup de secteurs économiques en France, et notamment dans les métiers de l’audiovisuel, du cinéma et de l’animation. Les futurs salariés sont plus attentifs qu’avant au package que propose l’entreprise : ses engagements RSE mais aussi à la protection sociale assortie au poste qu’elle va proposer. Dans les discussions que nous avons avec les DRH du secteur, les jeunes sont très attentifs à ces sujets.