France Inter: M. Bonnaud dénonce une direction «obsédée par l’audience»

    154

    L’animateur Frédéric Bonnaud, dont l’émission «La Bande à Bonnaud» a été supprimée sur France Inter, a dénoncé une direction «obsédée par l’audience», ce qui est «contraire à la culture de la radio et à ses missions de service public», dans un entretien au Monde daté de mercredi. La direction de la station a annoncé en juin l’arrêt de ce magazine culturel animé par Frédéric Bonnaud, diffusé en semaine de 16h30 à 18h00, jugeant ses taux d’audience décevants. «Depuis un an la direction de France Inter n’est plus obsédée que par l’audience et la concurrence frontale avec les autres grandes radios généralistes», estime M. Bonnaud. Il fustige une «attitude contraire à la culture de la radio et à ses missions de service public». «Qu’attendent les pouvoirs publics pour intervenir et faire cesser la casse de France Inter, cette exception culturelle à elle seule?», s’interroge-t-il. «Nous qui étions si fiers de faire dialoguer Jonathan Littell, auteur du prix Goncourt 2006 «Les Bienveillantes», avec Raul Hilberg, historien de référence sur la Shoah, ou de donner la parole à David Lynch, Sami Frey et tant d’autres!», s’insurge l’animateur. La suppression de «La Bande à Bonnaud» «s’inscrit dans une entreprise de banalisation de l’antenne», avec des responsables qui «ont deux obsessions: l’audience et la télévision», poursuit-il. «Tout cela ne fera que s’accentuer en septembre avec mon remplacement par Yves Calvi», animateur sur France 5, ajoute M. Bonnaud. Il affirme par ailleurs qu’en janvier, le directeur de France Inter, Frédéric Schlesinger, lui avait «fait remarquer que l’émission était «très marquée à gauche»».