G. FREISSINIER (ARTE) : «ARTE souhaite démocratiser l’accès au numérique via son offre ARTE.TV»

112

ARTE a lancé jeudi 8 avril, une nouvelle chaîne expérimentale gratuite – pour une durée initiale de six mois – qui propose l’intégralité de sa plateforme ARTE.TV sur le téléviseur. Quels enjeux autour de ce lancement ? Entretien avec Gilles FREISSINIER, Directeur du Développement Numérique chez ARTE France. 

En proposant ARTE.TV sur le téléviseur, quelle est votre stratégie ? 

Gilles FREISSINIER : ARTE souhaite démocratiser l’accès au numérique via son offre ARTE.TV à travers un accès facile et immédiat sur l’écran TV. La part de nos programmes est très importante : près de 8.000 contenus disponibles. ARTE.TV, ce n’est pas que du replay, c’est également 2/3 d’exclusivité numériques (acquisitions et créations originales). En tant que service public et pionnier sur le numérique, notre catalogue est donc accessible sur un relais supplémentaire, la chaîne 77 est à destination des foyers TNT équipés avec la technologie HBBTV (23% des foyers en France). Elle permet d’avoir accès à internet sur son écran de TV sans forcément passer par une box. Cette technologie est beaucoup plus utilisée en Allemagne. On bénéficie donc de notre statut de chaîne européenne qui connaît bien les usages outre-Rhin. ARTE.TV reste accessible via les boîtiers de TV connectés (Chromecast, Apple TV, Fire TV,…) les opérateurs (Free et Orange) à travers les interfaces de replaydes box. Au final, l’offre numérique ARTE.TV est accessible sur l’écran de télévision de plus de 65% des foyers français. 

La façon de s’adresser au public en fonction des supports est-elle variable ?

Absolument ! L’offre éditoriale d’ARTE se décline à la fois avec la chaîne linéaire, la plateforme numérique et les chaînes sociales. Ces trois propositions s’adressent, avec des contenus spécifiques, à des usages qui se complètent. Entre l’écran TV, le mobile ou encore sur Instagram par exemple, nous proposons des contenus adaptés et ajustés au support. 

Qu’est-ce qui incite le public à venir sur ARTE.TV ? 

On ne peut pas passer à côté de la série «En thérapie» actuellement qui offre une vraie visibilité à l’offre d’ARTE. Les internautes viennent aussi pour la présence de contenus exclusifs à la fois documentaires et fictions, comme les séries numériques «Tu préfères» ou plus récemment «Fluide». Nous avons acquis des séries anglaises comme la version originale de «House of Cards» ou encore la série norvégienne «Maniac». ARTE Concert propose plus de 1.000 concerts et spectacles par an. Cette offre numérique est une proposition éditoriale à part entière avec une programmation dédiée. Cette offre foisonnante et éclectique fédère un public de plus en plus large. 58 millions de vues en moyenne chaque mois sur les différents canaux (ordinateur, mobile, écran TV).  

Le CSA a autorisé ARTE.TV à s’installer six mois sur le canal 77, pourquoi aussi peu ? 

Car il s’agit des modalités habituelles d’expérimentation du CSA. Six mois est un laps de temps idéal qui nous permet d’avoir les retours téléspectateurs, mais aussi les retours constructeurs pour voir si les évolutions technologiques sont bien supportées par les différents modèles de téléviseurs. Après, nous espérons que l’expérience se poursuivra. Nous travaillons en lien étroit avec le CSA dans le but de moderniser la TNT et de rendre accessible l’usage du numérique à travers l’écran de TV. Cela permet aussi de réduire une certaine fracture numérique. Les foyers accédant à la télévision via la TNT n’étant pas forcément abonnés à des offres payantes. 

Quelle sera la prochaine étape ? Dans la même mouvance que la chaîne 77, la prochaine étape sera de faciliter l’accès à la plateforme pour aller au-delà des 65% de foyers accessibles sur l’écran TV. Nous voulons faire en sorte que cette offre numérique très riche préfigure également la télévision de demain.