G. FRESSINIER (Arte) : «A travers notre stratégie numérique, nous avons rajeuni l’audience globale d’Arte de dix ans, en passant de 64 ans à 54 ans»

159

Jeudi 25 juin, lors d’un Line-up présenté depuis l’édition connectée du Sunny Side of the Doc, Arte a présenté son offre documentaire et numérique. L’occasion pour média+ de s’intéresser à la stratégie digitale d’Arte avec son directeur du développement numérique, Gilles FREISSINIER.

MEDIA +

Quelle a été votre implication durant cette édition connectée du Sunny Side of the Doc ?

GILLES FREISSINIER

L’objectif était d’être aussi présent à cette édition connectée que les années précédentes. Malgré l’absence de présence physique, nous devions aussi être à l’écoute des propositions, des producteurs et porteurs de projets. L’ensemble des équipes d’Arte a rencontré ces divers acteurs lors de rendez-vous en one-to-one. Enfin, ce jeudi 25 juin, nous avons présenté notre Line-up en concentrant beaucoup de nos projets sur la thématique de cette édition connectée : l’Histoire.

MEDIA +

Quelle est la stratégie numérique d’Arte ?

GILLES FREISSINIER

Notre stratégie numérique est simple: s’adresser à tous les publics, qu’ils soient sur nos offres numériques (site, appli), les réseaux sociaux ou encore d’autres plateformes (VR, jeux vidéo). Cette démarche vise à accroître l’exposition de nos contenus sur un ensemble de supports et assurer ainsi notre mission de service public. Sur le numérique, nous proposons une offre éditoriale adaptée aux usages. La chaîne mène depuis longtemps une politique volontariste d’allongement des droits. La preview, disponible 7 jours avant la diffusion à l’antenne, et les droits longs de certains programmes représentent un peu plus d’un tiers de l’audience totale sur le numérique d’Arte. Nous développons également des projets pour une diffusion exclusive sur le numérique en pensant le contenu en fonction du support de diffusion. C’est ainsi que nous produisons par exemple des contenus spécifiques à Snapchat.

MEDIA +

Quelle est la cible numérique d’Arte?

GILLES FREISSINIER

Le public n’est pas exactement le même qu’en TV et les profils varient d’ailleurs en fonction des supports (TV, ordinateur, mobile) et des réseaux (Facebook, Youtube, Instagram, Snapchat). Grâce au numérique, Arte peut ainsi élargir son audience et s’adresser à d’autres publics. A travers notre stratégie numérique, nous avons par exemple rajeuni l’audience globale d’Arte (antenne et usages numériques) de dix ans, en passant de 64 à 54 ans en moyenne. Avec les producteurs et nos partenaires, nous mettons en place des écritures spécifiques pour ces différents supports numériques.

MEDIA +

Les médias se tournent de plus en plus vers le numérique. Comment se démarquer ?

GILLES FREISSINIER

Quand on regarde Arte, on reconnaît le niveau de qualité de l’offre. Nous cultivons cette qualité et identité des programmes pour nous démarquer au mieux, notamment dans ce trop-plein d’informations qui nous envahit aujourd’hui. Cela fait plus de 15 ans que nous développons ce savoir-faire sur le numérique et mettons en valeur la créativité et les créateurs.

MEDIA +

Quelle est la stratégie digitale d’Arte mise en place ?

GILLES FREISSINIER

Depuis plusieurs années, la stratégie digitale d’Arte est irriguée par l’ensemble de nos unités. Ainsi, l’ensemble des unités de programmes d’Arte développe des contenus qui ont également une présence sur le numérique.

MEDIA +

Quel impact a eu le confinement sur l’audience d’Arte ?

GILLES FREISSINIER

La période de confinement a accéléré l’évolution des usages, notamment la consommation de contenus via le numérique. Concernant les résultats, pendant les trois mois du confinement, l’audience de la chaîne linéaire chez les 15-24 ans a augmenté de 150%. Ces bons résultats sont aussi présents sur le numérique. En effet, au mois d’avril 2020, l’audience numérique a doublé en comparaison à avril 2019, soit un total de 160 millions de vidéos vues. Enfin, cette tendance progressive du numérique n’est pas uniquement liée à la crise sanitaire que nous avons vécue. Nous remarquions ce changement des usages depuis déjà plusieurs années.