Le gouvernement italien évoque une «escalade hostile» de Vivendi sur Mediaset

243

Le ministre italien du Développement économique, Carlo Calenda, a critiqué mercredi la manière inappropriée du groupe Vivendi de monter au capital du groupe de télévisions Mediaset, en évoquant une «escalade hostile». «Etant donné l’absolu respect du gouvernement italien pour les règles du marché, il ne semble pas que ce qui pourrait apparaître comme une tentative, tout à fait inattendue, d’escalade hostile contre un des plus grands groupes de médias italiens, soit le mode le plus approprié de procéder, pour renforcer sa présence en Italie», a-t-il déclaré dans un communiqué. «Les investissements étrangers sont toujours bienvenus, quand ils apportent du capital de croissance et des compétences, et contribuent au développement du tissu industriel italien», a souligné le ministre. «Mais quand il s’agit d’une entreprise qui intervient dans un secteur stratégique comme celui des médias, la manière dont on procède est importante. Il me semble que ce principe soit amplement reconnu en France et prétendument défendu», a-t-il dit. Il a souligné que «le gouvernement surveillerait avec attention l’évolution de la situation». Mardi, le nouveau chef du gouvernement, Paolo Gentiloni, avait affirmé: «L’Italie est une économie forte, pas ouverte aux incursions rebelles». Le groupe de médias français Vivendi a annoncé mercredi dans un communiqué détenir désormais 20% du groupe de télévision italien Mediaset, dont la famille de Silvio Berlusconi est l’actionnaire principal. Vivendi a accéléré sa montée au capital du groupe italien, après annoncé lundi soir avoir pris 3,01% de celui-ci et annoncé sa volonté de monter jusqu’à 20%, malgré l’hostilité exprimée par la famille de l’ancien chef du gouvernement italien.