I. SADIK (Ango Productions) : «Nous avons un savoir-faire sur la série quotidienne de formats courts»

409

Ango Productions, label de Lagardère Studios, vient de coproduire avec Nolita TV et Zamba Productions, «Il a déjà tes yeux», une série de 6X52’ pour France 2 (en diffusion dès le 12 février) qui est la suite du film à succès sorti au cinéma en 2017. Entretien avec Ivan SADIK, Producteur chez Ango Productions.

media+

Ango Productions creuse-t-il le sillon de la fiction ?

Ivan SADIK

Oui, historiquement, Ango Productions est une société qui a produit des séries courtes à succès comme «Nos Chers Voisins» et «Pep’s» pour TF1. Quand je suis arrivé en mars 2017 au sein de la structure, mon souhait a été de développer de la fiction de Prime Time, en série ou en unitaire, mais toujours avec l’ambition d’amener du sens au projet. Ça a été le cas avec l’unitaire «Le jour où j’ai brulé mon cœur», libre adaptation de l’histoire vraie de Jonathan Destin sur le harcèlement scolaire, réunissant plus de 7,2 millions de téléspectateurs sur TF1 en novembre 2018. Avec la série «Il a déjà tes yeux», en diffusion à partir de mercredi 12 février sur France 2, l’idée a été de dépeindre avec humour, bienveillance et sincérité, le quotidien d’une famille devant composer avec les aspirations de chacun de ses membres.

media+

Comment êtes-vous arrivé sur le projet «Il a déjà tes yeux» pour France 2 ?

Ivan SADIK

Quand j’ai vu le film «Il a déjà tes yeux» de Lucien Jean-Baptiste en 2017 au cinéma, j’ai perçu un vrai potentiel autour de l’histoire. De là, je me suis rapproché de Nolita TV et leur ai soumis l’idée de réfléchir à une série pour la télévision. Grâce à Sébastien Mounier et Lucien Jean-Baptiste, les co-auteurs, ils ont eu l’idée de se projeter 13 ans plus tard dans l’histoire, en se demandant comment cet enfant blanc, adopté par un couple noir, allait s’interroger sur ses origines. Que vous ayez vu le film ou non, vous rentrez facilement dans la série. La question de la diversité est au cœur du sujet. Et la force de la série est d’avoir conservé le casting du film.

media+

Quelle est la fourchette budgétaire d’une série de fiction en Prime pour France 2 ?

Ivan SADIK

Sur cette série, on se situe aux alentours de 6M€ pour un 6X52’. Il y a plus de 60 décors, nous voyageons en dehors de Paris, il y a beaucoup de comédiens. Ce budget est à l’échelle de l’ambition que nous nous sommes donnés.

media+

Sur quels autres projets de fiction travaillez-vous ?

Ivan SADIK

Nous travaillons sur l’adaptation du témoignage d’Aline Rigaud, «Il a fait de moi sa proie» (Ed/ Flammarion). Le sujet évoque le harcèlement sexuel à travers l’histoire de cette femme qui a été l’une des 1ères en France à condamner le harcèlement au travail. Nous sommes actuellement en discussion avec un diffuseur. Dans un autre genre, je développe un thriller fantastique, «TYIN», qui démarre en Norvège et se poursuit en France. Le projet a été retenu lors du dernier C21 Content à Londres, sélectionné parmi 15 pitchs.

media+

Ango Productions détient un savoir-faire sur les formats courts quotidiens. Préparez-vous d’autres séries dans ce domaine ?

Ivan SADIK

Nous avons en effet un savoir-faire sur la série quotidienne en format court. On l’a prouvé ces dernières années avec «Nos Chers Voisins» et «Pep’s». Pour autant, nous n’avons pas de projets de ce type actuellement. Nous sommes à l’écoute des opportunités et des envies des diffuseurs. Le marché évolue très vite. Les plateformes s’interrogent sur la capacité d’acquérir des droits sportifs, en plus des contenus fictionnels. Ces acteurs de la SVOD auront envie, j’imagine, d’avoir aussi des formats plus courts en matière de séries.