J. CAZADIEU (L’Equipe) : « Proposer des Unes régionalisées à un impact sur nos ventes »

245

Pour la quatrième saison de suite, «L’Équipe» publie, ce vendredi 7 février, un numéro spécial consacré aux salaires de la Ligue 1, accompagné d’un grand dispositif de régionalisation de ses Unes. Comment le journal parvient-il à se renouveler ? Réponse avec Jérôme CAZADIEU, Directeur de la rédaction de «L’Équipe».

media+

Pourquoi «L’Équipe» cherche-t-il à régionaliser ses Unes ? Êtes-vous en quête de proximité avec votre lectorat ?

Jérôme CAZADIEU

Absolument ! Une grande partie de notre audience est en province. 80% de nos lecteurs ne sont pas parisiens ni franciliens. Nous touchons donc tous les territoires en France. Et pour information, le groupe Amaury est propriétaire d’imprimeries qui sont un peu partout dans le pays. Ce vendredi 7 février, nous éditons un numéro un peu «totem» mettant en place une organisation de distribution extrêmement importante. Toutes les villes des clubs de Ligue 1 auront une édition locale avec des Unes et des contenus régionalisés. Il s’agit d’un élément très important qui a un impact sur nos ventes. C’est également un dispositif numérique très puissant avec une édition linéaire en PDF et une version mobile à base de «swipes».

media+

Cette démarche s’inscrit-elle dans une stratégie plus globale de modernisation du titre ?

Jérôme CAZADIEU

Bien entendu ! Cette démarche de régionalisation, nous la faisons le plus souvent possible, notamment en adaptant la Une. Nous avons lancé des dispositifs de modernisation depuis 5 ans avec le passage de «L’Equipe» au format tabloïd et la fusion des rédactions qui travaillent sur tous les supports. En temps réel, nous mettons à disposition des informations sur le site en gratuit ou en payant. Ces infos rebondissent sous forme de débats sur la chaîne de TV. Enfin, l’analyse que nous pouvions faire à J+2 se fait aujourd’hui à J+1 dans le journal. Le paradigme de «L’Équipe» a changé et nous travaillons sur un certain niveau de diversification pour être à la fois plus proche de nos lecteurs, qu’importe son origine régionale, son âge ou ses centres d’intérêts. 

media+

«L’Équipe» dévoile les salaires du football français. Un sujet toujours hautement médiatique ?

Jérôme CAZADIEU

Oui, c’est l’un des sujets les plus repris de l’année. Nous aurons aussi un certain nombre de retours du milieu du football car, parler d’argent dans ce secteur, reste tabou. Nous savons très bien que les meilleurs footballeurs français dépassent le strict cadre du football et du sport. On essaie de ne pas tomber dans la démagogie. Voilà pourquoi on explique que l’économie du football a considérablement évolué ces dernières années sous le coût de l’augmentation des droits TV. L’été prochain, le nouveau contrat sur la Ligue 1, porté par Mediapro rentera en action. 600M€ seront injectés sur le marché. Cette somme aura une incidence très forte sur les transferts et les salaires.

media+

Fondé il y a 73 ans, comment le journal «L’Équipe» parvient-il à se moderniser?

Jérôme CAZADIEU

D’abord, parce que nous sommes très puissants sur l’actualité. Notre traitement de la disparition de Kobe Bryant dans un accident d’hélicoptère a été beaucoup repris. La semaine dernière, on a mis en lumière toutes les violences sexuelles dans le sport avec la révélation d’un certain nombre de cas d’agressions dans le milieu du patinage artistique et de la natation. Ensuite, sur l’aspect plus structurel du média, on ne peut pas nier que l’univers du print est en décroissance pour des raisons d’usages et parce que le système de distribution est en souffrance économique. Pour autant, «L’Équipe» a fait le choix de se transformer notamment via le numérique.