Inde: deux membres d’un gang criminel indien arrêtés mardi par la police après l’attaque du domicile d’une star de Bollywood

190

Deux membres d’un gang criminel indien ont été arrêtés mardi par la police après des tirs à l’arme à feu dimanche contre le domicile de Salman Khan, superstar de Bollywood, menacé de mort depuis qu’il a tué deux antilopes noires en 1998.

Les deux hommes âgés de 24 et 21 ans ont été arrêtés mardi dans l’État du Gujarat, dans l’ouest du pays, a indiqué la police. «Nous avons pu localiser les deux accusés près d’un temple», a déclaré Mahendra Bagaria, policier du district de Kutch. Tôt dimanche, deux hommes à moto ont fait feu contre l’appartement de Salman Khan, situé au premier étage d’un immeuble du quartier huppé de Bandra à Bombay, avant de s’enfuir.

M. Khan se trouvait à son domicile quand les coups de feu ont été tirés. Visé par des menaces de mort, la star est placé en permanence sous la protection de policiers armés. Le gang dirigé par Lawrence Bishnoi appartient à la secte religieuse vishnouïte bishnoï, un courant de l’hindouisme, présente surtout dans l’Etat du Rajasthan (nord).

Les bishnoï, qui considèrent cette espèce d’antilopes comme la réincarnation de leur gourou, ont suivi le procès de Salman Khan pendant 20 ans jusqu’à sa condamnation à cinq ans de prison pour infraction à la loi sur la protection de la vie sauvage. Mais sa peine a ensuite été suspendue en appel alors que l’acteur venait de passer ses premiers jours derrière les barreaux. Lawrence Bishnoi avait promis peu après que son gang rendrait justice aux antilopes noires tuées par Salman Khan pendant le tournage d’un film au Rajasthan.

Le chef de gang, aujourd’hui emprisonné, a été accusé d’avoir orchestré plusieurs meurtres, dont celui du célèbre rappeur indien Sidhu Moose Wala en 2022.

Quant à Salman Khan, il a joué dans près de 150 films et séries télévisées depuis son premier succès dans les années 1980 et reste l’une des personnalités les plus prospères de Bollywood. Mais sa vie personnelle est depuis longtemps entachée de controverses.

En 2002, au volant de sa voiture, il aurait roulé sur cinq personnes qui dormaient tard dans la nuit sur le trottoir d’un quartier chic de Bombay, tuant l’une d’elles et blessant les quatre autres, avant de prendre la fuite. Reconnu coupable en mai 2015, il a été innocenté pour manque de preuves lors d’un procès en appel sept mois plus tard, mais son acquittement ayant été contesté en 2016, l’affaire est toujours en cours.