J. BUGIER (France 2) : «Je crois au retour du temps long dans le JT»

155
Julian BUGIER (PLATEAU JT)

L’heure du bilan a sonné ! Titularisé il y a 1 an sur le JT de la mi-journée de France 2, Julian BUGIER, Journaliste & Présentateur du 13 Heures fait le point. Tour d’horizon à la fois sur l’évolution du journal, la structure de l’audience et des défis à venir. Entretien. 

media+ 

Aux manettes du JT de 13 Heures depuis 1 an, comment avez-vous relevé le pari ? 

Julian BUGIER 

Dans la mesure où la dynamique des audiences est bonne, il me semble que le pari est réussi. Nous gagnons des téléspectateurs, jour après jour. C’est hyper gratifiant de fabriquer un journal au service du public. Nous sommes parvenus, en très peu de temps – non pas à révolutionner le JT – mais à l’enrichir et à apporter un certain nombre de modifications par petites touches. Nous avons intégré de nouveaux rendez-vous : «Derrière nos étiquettes» qui décrypte la consommation et les usages, ou encore «On vous répond», séquence qui donne la parole, tous les mercredis, aux enfants sur les questions sanitaires, mais pas que. Nous mettons aussi en avant les initiatives et les bonnes idées des Français dans «Une idée pour la France», rubrique incarnée par Valérie Heurtel. 

media+ 

Quel ton et quelle dynamique avez-vous installé ? 

Julian BUGIER 

Nous avons tenté d’imposer un ton et une humeur à la fois sérieuse, populaire et spontanée. Le journal a trouvé son rythme de croisière. Le côté statutaire du JT et la rigueur du traitement de l’information au quotidien ont été conservés. La partie magazine apporte une convivialité que j’espère communicative. Nous avons ainsi renforcé le lien avec le public. 

media+ 

Les audiences sont de plus en plus significatives, pouvez-vous nous en parler? 

Julian BUGIER 

La télévision est un média d’habitude. Les téléspectateurs se gagnent les uns après les autres. Ce qui est gratifiant, c’est d’observer une dynamique constante. Depuis 1 an, l’écart entre le JT de 13 Heures de France 2 et celui de notre principal concurrent (sur TF1, ndlr) s’est réduit tout au long de l’année 2021. Cela représente une réduction de l’écart de 12% sur l’année 2021. Mois après mois, la part d’audience reste stable sur l’année 2021 là où celui de notre principal concurrent perd quasiment 3 points de pda dans le même temps. 

media+ 

Quel défi pour 2022 ? 

Julian BUGIER 

Réfléchir à de nouvelles formes narratives au service de l’info. Toujours plus de décryptage, d’explication et de mise en perspective avec l’utilisation parfois des archives, … En très peu de temps, nous sommes parvenus à mettre à l’antenne deux chroniques régulières qui sont des marqueurs fixes. Deux nouvelles rubriques vont s’imposer pour l’année présidentielle, et se maintenir jusqu’aux législatives : «Président en campagne» où l’on s’arrête dans une localité pour interroger les citoyens autour de leurs préoccupations, pour s’en faire l’écho auprès des candidats à l’élection présidentielle. Le deuxième rendez-vous porte sur les délocalisations. A un moment où l’on constate une fracture dans notre pays et une défiance parfois des journalistes, il est important de retourner sur le terrain et d’être en prise directe avec les Français. En 30 secondes, ils ont plus de résonance que certains experts. C’est notre rôle de retourner sur le terrain, au-delà même des élections. C’est une mission de service public. 

media+ 

Quelle est votre politique de formats ? 

Julian BUGIER 

Que le sujet fasse 2 minutes ou 5 minutes, peu importe, à partir du moment où le reportage est bon. La dictature du temps court et du rythme permanent est en train d’être remis en question. Je crois au retour du temps long pour que les gens s’expriment dans la durée. A cet égard, nous mettons à l’antenne des formats qui font jusqu’à 6 minutes, ce qui n’était pas le cas avant.