J. CURIEL (Groupe M6) : «Nous avons envie de nous engager sur les grandes thématiques de société»

104

Du 24 au 31 janvier 2021, les antennes du Groupe M6 (M6, W9, 6ter, téva, Gulli, RTL, 6play…), chacune avec son ton et sa ligne éditoriale, proposeront plus de 60 heures de programmes d’information, de magazine, de cinéma ou encore de divertissement en lien avec l’écologie et l’environnement. Entretien avec Jonathan CURIEL, Directeur général adjoint des programmes des chaînes M6, W9 et 6ter, en charge des magazines et des documentaires.

MEDIA +

Avant toute chose, début de saison positif pour les documentaires et magazines du Groupe M6. Vous confirmez ?

JONATHAN CURIEL

Nous faisons en effet un très bon début de saison sur «Capital», «Zone Interdite» ou encore «Enquête Exclusive» qui a réalisé un record à 17,2% de pda dimanche 19 janvier, meilleure audience depuis 2 ans avec une bonne enquête sur Didier Raoult. Nous consolidons les marques existantes sur M6. Nous essayons de varier les thématiques de société abordées et de déceler de nouvelles tendances dans les magazines existants.  Nous planchons sur d’autres sujets comme la santé ou l’évasion, sur lesquels nous sommes moins présents, pour de nouveaux projets. Sur la TNT, «Enquête d’Action», «Enquêtes Criminelles» et les magazines de 6ter se maintiennent bien. Cette année, nous allons essayer aussi de proposer de grands documentaires hors cases comme «Legacy» de Yann Arthus-Bertrand le 26 janvier sur M6. Les voyants sont au vert.

MEDIA +

Des voyants au vert pour une «Semaine Green» du 24 au 31 janvier sur les antennes du Groupe M6. Environnement et écologie, deux thématiques porteuses ?

JONATHAN CURIEL

C’est l’une des préoccupations majeures des Français. Ces thématiques sont très larges et regroupent tous les aspects de notre vie quotidienne (alimentation, énergie, transport, habitat). Elles transcendent tous les clivages de la société. L’écologie est un défi qui concerne tout le monde, les gens aisés comme les plus modestes, les villes comme les campagnes. En tant que média, notre rôle est de traiter ces sujets sous tous ses aspects. Au niveau du calendrier, on est aussi à un moment charnière. Les Français veulent des actions concrètes. Du point de vue des audiences, on se rend compte aussi que c’est une thématique porteuse et qui fédère un public large. Nous organisons ainsi une «Semaine Green» pour la deuxième année consécutive, même si nous traitons d’écologie tout au long de la saison sur les antennes du Groupe M6. L’an dernier, 29 millions de téléspectateurs avaient suivi le dispositif sur les antennes du Groupe.

MEDIA +

La thématique environnementale est parfois traitée de manière anxiogène dans les médias. Tentez-vous de faire un pas de côté ?

JONATHAN CURIEL

Le traitement sur nos antennes est souvent pédagogique, positif et pratique. Quand on propose des numéros de «Capital» sur le gaspillage ou de «Zone Interdite» sur les maisons écologiques, le public est au rendez-vous. Nous le faisons aussi sur 6ter avec des familles «zéro déchet», et sur W9 avec le magazine prospectif «2050» qui marche bien et qui aura de nouveaux numéros. Durant la «Semaine Green», on casse tous les silos et on traite l’écologie sous toutes ses coutures avec 60 heures de programmes exclusifs : de la fiction courte avec «Scènes de Ménage» spéciale écologie, à «Enquête Exclusive» sur le Costa Rica un paradis vert en sursis, en passant par «Zone Interdite» qui suit des Français qui construisent des maisons écolo. C’est le cas aussi de «E=M6» qui apporte un éclairage sur l’impact de notre consommation de produits quotidiens, «66 Minutes» ou encore «Turbo» spéciale voiture électrique. Le dispositif est tout aussi ambitieux sur W9, 6ter, Gulli, 6Play, téva et RTL. Durant la «Semaine Green», le documentaire choc «Legacy, notre héritage» (Hope/Calt) de Yann Arthus-Bertrand sera le point d’orgue du dispositif. C’est son film le plus personnel sur 50 ans d’engagement sur l’écologie.

MEDIA +

D’autres semaines thématiques sont-elles envisagées ?

JONATHAN CURIEL

Nous avons envie de nous engager sur les grandes thématiques de société. La saison dernière, nous avions tenté une semaine dédiée à l’agriculture. Mais avec le report du Salon de l’agriculture, nous allons repousser notre dispositif cette saison. Nous initions des week-ends et des journées spéciales en cours de saison : journée américaine liée aux élections sur M6 en novembre dernier, semaine américaine sur W9, journée de mobilisation contre les violences faites à l’égard des femmes à l’occasion du Grenelle. Cela traduit l’engagement du groupe M6 qui veut donner encore plus de sens à ses contenus. C’est aujourd’hui l’une des forces de la télévision par rapport à la concurrence : se situer dans l’actualité et s’engager.

MEDIA +

Testez-vous de nouvelles écritures sur les magazines ?

JONATHAN CURIEL

Certains «Zone Interdite» nous permettent de tester de nouvelles narrations en instaurant un côté feuilletonnant sur le temps long, dans le suivi des personnages. Il est important de prendre le temps, d’expliquer des choses. Sur la TNT, nous faisons aussi des pas de côtés avec des écritures moins calibrées dans des portraits unitaires ou des magazines comme «Minute par Minute». Nous travaillons actuellement à des écritures originales pour W9 et 6ter afin de créer des marques sur des thématiques nouvelles à la rentrée (société, pouvoir d’achat…).

MEDIA +

Le Groupe M6 a une culture de documentaires intégrés à des collections ou des cases préexistantes…

JONATHAN CURIEL

Oui, c’est la culture maison. Mais nous voulons aussi développer quelques documentaires par an, hors case, suffisamment événementiels et attendus pour être programmés en semaine sur M6, et pas le dimanche soir. Cela peut être aussi des grands portraits, de grandes enquêtes avec révélations, des faits divers avec un angle événementiel. Nous avons plusieurs projets en développement. Même démarche sur W9.