J. GRIMAL (NRJ Music Awards) : « La part de direct cette année sera de 90% »

25

La 23ème édition des NRJ Music Awards sera diffusée en direct sur TF1 et en simultané sur NRJ ce samedi 20 novembre à 21h05 depuis le Palais des Festivals de Cannes. Quels sont les enjeux au niveau de la production et de l’artsitique après la crise sanitaire qui a touché le secteur? Entretien avec Jacques GRIMAL, Coordinateur général des NRJ Music Awards (NMA).

media+

Les NMA reviennent  ce samedi 20 novembre en Prime sur TF1 et en simultané sur NRJ. Y’a-t-il eu une remise en question artistique ?

Jacques GRIMAL

En effet, le show présenté par Nikos Alliagas revient cette année pour une 23ème édition depuis le Palais du Festival de Cannes. Il y a une forte volonté de revenir à un spectacle extrêmement charnel et en live. Ce qui nous anime, c’est de réunir le public et le téléspectateur en un seul lieu, en même temps. Le leitmotiv est de jouer en direct des prestations avec des danseurs. Ce qui a guidé la direction artistique, c’est le retour à la normale. Ça va être la première très grosse émission en direct depuis la pandémie avec autant d’artistes et de public. A ce titre, nous mettons les bouchées doubles pour tenir la promesse des NMA. Pour info, nous avons prolongé notre partenariat avec Cannes pour 4 années supplémentaires.

media+

Quelle est la part des prestations en live ?

Jacques GRIMAL

L’année dernière, nous étions sur une opération dégradée pour les raisons sanitaires que l’on connaît. La plupart des prestations avaient été enregistrées en amont. Cette fois-ci, nous revenons à un format plus traditionnel, en direct et en public (avec une jauge pleine). La part de direct sera de 90%. Nous avons aussi la chance d’avoir la participation exceptionnelle d’artistes, sans qu’ils puissent se rendre à Cannes le jour J. On a préféré les intégrer dans le spectacle plutôt que de ne pas les avoir du tout. C’est le cas de Coldplay ou encore d’Adèle. Cette dernière nous fait le plaisir de proposer une prestation unique de son nouveau titre, une exclusivité en Europe qui représente un coût très important pour le label. Pour des raisons de planning, nous allons aussi enregistrer la prestation de Grand Corps Malade, en concert ce jour-là.

media+

Comment évolue la gestion des artistes internationaux sur le show ?

Jacques GRIMAL

Même si les voyages transcontinentaux ont repris, beaucoup d’artistes ont décidé de ne pas voyager. Il a donc fallu faire preuve de souplesse par rapport à nos plans initiaux. En revanche, nous accueillons Ed Sheeran pour la 3ème fois, et Imagine Dragon pour la 1ère fois. Pour les artistes français, les dates des NMA sont communiquées presqu’1 an à l’avance. Nous travaillons avec eux très en amont pour qu’ils puissent être présents. L’objectif est de ne pas se retrouver en concurrence avec leurs concerts. On essaie également de ne jamais se positionner frontalement à une autre cérémonie de remise de prix à l’international. 

media+

Déployez-vous les mêmes moyens techniques et humains chaque année ?

Jacques GRIMAL

Oui, et ils sont mêmes un peu plus importants à chaque édition. Sur l’aspect humain, les artistes viennent toujours plus nombreux. On a demandé aux staffs d’être raisonnables – pour les problématiques Covid – et de ne pas venir trop nombreux. Pour 4 personnes sur scène, nous avons en moyenne 40 accompagnants… En revanche, les moyens techniques sont assez similaires. Avec 22 tableaux qui se succèdent, cela rend l’organisation et la logistique très complexes.

media+

Entre NRJ et TF1, comment la programmation est-elle constituée ?

Jacques GRIMAL

Il s’agit d’un équilibre qui fait la force de la manifestation. La remise de prix porte le nom d’NRJ. La cérémonie a donc la couleur musicale de la radio, et elle bénéficie de sa puissance. Nous tenons compte de la particularité de TF1 qui retransmet le show au plus grand nombre. On a toujours eu la volonté d’additionner la force du média radio et du média TV. Programmer musicalement les NMA, c’est tenir compte de l’ensemble des publics, les jeunes comme les adultes.