J.M. JURAMIE : (Groupe CANAL+) : «Olympia TV émettra de 20h à 1h du matin

167

Lancement le 21 janvier 2020 de la nouvelle chaîne Olympia TV (Groupe CANAL+). Cette dernière sera disponible pour les abonnés à l’offre CANAL et en OTT sur MyCANAL. La nouvelle chaîne, qui entend fonctionner comme «une salle de spectacle» n’émettra que de 20h à 1h du matin avec une programmation spécifique. Entretien avec Jean-Marc JURAMIE, Directeur Général Adjoint Antennes et Programmes du Groupe CANAL+.

Pourquoi lancez-vous Olympia TV? Quel a été le moteur de cette création ?

Il y a trois ans quand je suis arrivé à la tête de COMEDIE+, je voyais défiler de nombreux spectacles. Mais nous ne pouvions pas tous les programmer sur une chaîne dédiée à l’humour. C’est pourquoi nous avons donc commencé à réfléchir à un projet de chaîne thématique qui serait ouverte à tous les types de spectacles : magie, cirque moderne, opéra, théâtre, danse, concerts, etc.

Comment envisagez-vous le lancement d’Olympia TV?

Dès le 21 janvier 2020 en exclusivité au sein des offres CANAL+ et sur myCANAL, Olympia TV entend fonctionner comme une salle de spectacle qui n’émettra que de 20h à 1h du matin avec une programmation spécifique. Chaque jour à 20h00, le magazine «Olympiascope» (30’) fera le tour de l’actualité des spectacles et de ses coulisses. Et à 20h30, un spectacle différent tous les soirs.

Ouvrir une chaîne de 20h00 à 1h du matin, ça s’est imposé naturellement ?

Absolument !  Il n’y avait pas d’intérêt majeur à rediffuser du contenu tout au long de la journée. La promesse est claire : Olympia TV est la chaîne du spectacle, et généralement les spectateurs s’y déplacent le soir. La chaîne sera aussi disponible en non linéaire.

Selon vos études, quel sera le profil du téléspectateur d’Olympia TV ?

Deux types de public devraient émerger. Sur la partie linéaire, on s’adresse plutôt à un abonné provincial, 50 ans et plus. Quant à la partie non-linéaire, le profil est plus urbain et sûrement plus musical. Olympia TV est une chaîne qui entend parler notamment à la province, et à tous ceux qui n’auraient pas accès aux spectacles.

Ça coûte combien d’acheter un spectacle pour une chaîne comme la vôtre ?

Tout dépend du show, des artistes et des droits que l’on prend. Nous disposons d’un budget de plusieurs millions d’euros pour Olympia TV, ce qui correspond à l’enveloppe classique d’une chaîne thématique. Ce n’est pas neutre. Nous croyons au pouvoir fidélisant et satisfaisant de cette chaîne sur nos abonnés.   

Comment dispachez-vous les spectacles inédits au sein du Groupe CANAL+ ?

Des spectacles vont voyager d’une chaîne à l’autre en fonction d’un fenêtrage spécifique. Sur Olympia TV, 1/3 des contenus seront inédits ou très peu vus à la télévision. Des dizaines de spectacles de magie ou de comédies musicales déjà captées ne trouvaient pas de diffuseurs. Avec notre chaîne, on leur offre un nouvel écrin.

La politique de spectacles vivants est donc renforcée ?

Le Groupe CANAL+ soutient le spectacle vivant depuis très longtemps. Plus de 4.000 heures de spectacles sont diffusés sur nos antennes chaque année. Nous sommes partenaires de 50 spectacles et pièces de théâtre actuellement à l’affiche.

Quelle est l’ambition de CANAL+ sur la diffusion de spectacles ?

Reprendre la main sur des shows très puissants comme celui de Florence Foresti, Manu Payet, Blanche Gardin ou Ahmed Sylla. Et en cours d’année 2020, nous nous ouvrirons aussi aux nouveaux talents de l’humour.

Quoi de neuf du côté de C8 ?

La politique de spectacles vivants est très développée sur C8. Chaque samedi soir, du théâtre.  

C8 devrait d’ailleurs lancer des créations spécifiques… C’est exact ! Nous lancerons en 2020 la pièce, «Noël Joyeux», avec Dominique Lavanant et Clair Nadeau, créée spécifiquement pour l’antenne de C8.