Jacques Expert, directeur des programmes de Paris Première

    194

    Pour la rentrée, «Paris Première» fait peau neuve…ou plutôt elle renouvelle les programmes qui fonctionnent bien sur la chaîne. Explications avec Jacques Expert, directeur des programmes.

    média+ : Quel bilan tirez-vous de la chaîne depuis la rentrée ?

    Jacques Expert : Globalement, nous continuons avec ce qui a fait notre force dans le premier trimestre et qui a donné ses résultats en terme d’audience. C’est une rentrée réussie avec des soirées qui ont très bien fonctionné et surtout des concepts que nous avons lancé et qui ont très bien marché. «Pif-Paf», «Paris croisière», «Do You Do You Scopitone» : ces émissions forgent l’identité de la chaîne. Nous avons un bilan magazine qui est très bon et c’est un des fondements de Paris Première, ce qui est un fait rare sur les chaînes du câble et du satellite. Les autres n’ont pas de politique magazine aussi ambitieuse que la nôtre.

    média+ : Presentez-nous les nouveaux programmes de Paris Première ?

    Jacques Expert : Dans les grandes nouveautés de la chaîne, il y a un point sur lequel il faut insister : c’est le théâtre. Paris Première a été pendant longtemps la chaîne de la mise en avant du théâtre à la télé. Il y a avait dejà du théâtre quand je suis arrivé sur la chaîne (Jacques Expertt a quitté le poste de directeur délégué aux magazines et aux documentaires de M6 pour venir sur Paris Première en 2001, ndlr) mais ce que j’ai changé c’est l’«événementualisation» du théâtre. Le 9 février prochain nous programmons en direct la pièce «L’hôtel du libre échange» avec Clovis Cornillac au Théâtre de la Colline. Ecrite par Georges Feydeau. En somme, dans le trimestre, il y aura 17 spectacles dont 10 directs. Au niveau des programmes, Paris Première lancera de nouveaux numéros du magazine mensuel, «2, 3 jours avec moi», présenté par Mélissa Theuriau. Au cours de l’émission, une personnalité fait découvrir une ville de son choix. La prochaine destination, c’est Los Angeles avec Michèle Laroque. Nous lançons une nouvelle série de «Hôtel du monde» à partir de ce mois-ci. De même pour «Paris Dernière» : «Pékin dernière», son dérivé, sera diffusé juste avant les Jeux Olympiques. Nous allons aussi thématiser «Paris Dernière» : il est prévu qu’il y ait un numéro «Pleine Lune», car les gens ont un comportement particulier ce soir là. Nous relançons aussi un programme, «Un jour, une photo», en collaboration avec «Paris-Match». Tous les jours, une photo sera diffusée avec l’explication de son contexte. C’est un format court de 2′. «Paris Première» a aussi une politique de séries inédites: la saison 5 de «Nip/Tuck» qui sera à l’antenne mi-mars, la saison 6 de «Scrubs», la saison 2 d’«Hôtel Babylon» et la saison 2 de «Earl». Là encore, ces diffusions inédites s’inscriront dans le mouvement d’«événemensualisation». Autre nouveauté, nous avons acquis les droits de diffusion de 10 tournois de tennis de l’ATP en direct.

    média+ : Vous produisez beaucoup de programmes…

    Jacques Expert : Nous produisons, en fonction des périodes de l’année, entre 13 et 15 magazines hebdomadaires. C’est plus que certaines chaînes hertziennes. C’est dans les gènes de la chaîne, elle a toujours eu une politique magazine ambitieuse. C’est quelque chose que l’on tient à conserver avec des résultats d’audience qui sont plus que satisfaisants.

    média+ : Vous nous aviez dit que la VOD de votre chaîne allait devenir payante, qu’en est-il ?

    Jacques Expert : Pour l’instant elle reste gratuite mais à terme la VOD n’aura d’avenir que dans le payant. Nous passerons du gratuit au payant le jour où la chaîne aura acquis une telle notoriété que les téléspectateurs seront prêts à payer pour voir nos programmes. Pour l’instant c’est mieux d’offrir la VOD, pour leur donner appétit. Aujourd’hui, compte tenu de son mode de consommation, elle reste une vitrine. Son but : que les personnes entrent dans le magasin. Bien évidemment le prix ne sera pas élevé, aux alentours d’1 euro.

    média+ : Quels sont les projets de la chaîne ?

    Jacques Expert : Pour l’instant, nous tirons les conclusions de notre rentrée : nous regardons ce qui marche et ce qui ne marche pas. Cela engendre des réajustements dans la grille de programmes. Il est clair pourtant que Paris Première est toujours à l’affût de nouvelles idées. Il y aura des nouveautés à la rentrée mais aujourd’hui, c’est trop tôt.