K. LE MARCHAND (Potiche Prod) : «En tant que productrice, je ne fais que de la création de formats»

83

Diffusion samedi 8 décembre à 21h00 sur M6 d’un nouveau numéro d’«Une Ambition Intime» (Potiche Prod) avec Michèle BERNIER. En qualité de productrice et d’animatrice, Karine LE MARCHAND s’est confiée à media+ sur la fabrication du programme ainsi que sur ses différents projets télévisuels.

media+

Comment avez-vous structuré la production d’«Une Ambition Intime» ?

Karine LEMARCHAND

Cette émission nous demande six mois de travail. Nous commençons par lire et voir tout ce qui s’est fait sur notre invitée, à savoir Michèle Bernier. A ses côtés, nous dressons la liste de ses proches et connaissances. Avec eux, nous enchaînons des heures d’interviews. A cela s’ajoutent de nombreux tête-à-tête entre Michèle Bernier et moi-même. Après 4 mois d’enquête, nous tournons pendant 4 jours, puis nous enchaînons 17 semaines de post-production. La trame est très écrite et après nous laissons la place à la spontanéité. Quand nous tournons des moments de vie, ce sont des respirations avant de repartir dans l’interview. Rien n’est gratuit. Quand on mange des fruits de mer ou un petit déjeuner à base d’ananas, tout est fabriqué en fonction des goûts de l’invitée.

media+

Avoir un regard de productrice, ça vous change ?

Karine LEMARCHAND

J’ai d’autant plus d’exigence et cela m’apaise paradoxalement. Je suis entourée d’une équipe qui me ressemble et qui prend plaisir à construire le programme. Nous tournons sans tabou. Si les invités regrettent d’avoir dit quoi que ce soit, je coupe au montage. C’est déjà arrivé avec des invités politiques mais en général c’est très rare.

media+

«Une Ambition Intime» est une création originale. Avez-vous des approches d’acheteurs étrangers ?

Karine LEMARCHAND

Je n’ai même pas cherché à le faire. Par manque de temps essentiellement. Nous tournons deux numéros d’«Une Ambition Intime» par an. Avec M6, nous dressons une liste d’invités que l’on pourrait solliciter. Nous ne sommes pas toujours d’accord parce que nous visons large. Le précédent numéro s’est tourné avec Franck Dubosc (2,613 millions de téléspectateurs, 11,8% de pda), et nous venons d’enregistrer le prochain avec Michèle Laroque.

media+

Fondée en 2000, quel est l’ADN de votre société Potiche Prod ?

Karine LEMARCHAND

On ne fait que de la création de formats, essentiellement dans le testimonial. Nous travaillons actuellement sur «Opération Renaissance» pour M6 que l’on tourne depuis 1 an et demi et va s’étirer sur près de 3 ans. Ce programme suit le parcours d’obèses morbides contre la maladie. Nous avons créé un protocole qui va au-delà de la haute autorité de santé. Nous accompagnons ces personnes en surpoids dans leur démarche d’amincissement. Le suivi se fait à la fois d’un point de vue physique et psychologique. Plusieurs Prime sont prévus. Chaque épisode sera bouclé.

media+

Quel bilan critique dressez-vous de «L’Amour est dans le Pré» (Fremantle) ?

Karine LEMARCHAND 

Le bilan est très bon avec des rebondissements. C’est une émission très compliquée à fabriquer. Quand on a des personnages trop en couleurs, on est accusé de vouloir les caricaturer. Et quand on suit leur vraie vie et leur lenteur, on nous dit qu’il peut y avoir des moments un peu lents. Après, nous réunissons 4 millions de fidèles en moyenne, 19% de pda et 28% sur les FRDA-50. Face à une concurrence certaine, le programme a été 9 fois leader 4+, ce qui est très puissant pour une 13ème saison.