K. LE MARCHAND (Potiche Prod) : «Je m’intéresse à tous ceux qui ne veulent pas parler»

140

Les dimanches 13 et 20 juin à 23h20, M6 proposera le documentaire inédit «Braqueurs», qui fait témoigner 6 hommes fichés au grand banditisme et qui racontent leur histoire à visage découvert. A cette occasion, nous nous sommes entretenus avec sa productrice Karine Le Marchand, Fondatrice de Potiche Prod.

MEDIA +

Quelle est la genèse de vos activités au sein de Potiche Prod ?

Karine LE MARCHAND

En créant cette structure en 2000, l’ambition de départ était d’être libre. Je voulais proposer mes propres projets. Je savais depuis le début que je ne me contenterais pas uniquement de ma casquette d’animatrice. J’ai donc commencé comme consultante auprès de producteurs qui m’envoyaient des formats étrangers, et je leur faisais des fiches d’analyses. Ma première mission a été d’analyser «Koh Lanta», et j’ai évidemment expliqué qu’il fallait l’acheter. Par la suite, j’ai fait du conseil en communication et c’est en 2007 que j’ai produit mon premier programme : «Les Tabous de…» sur France 2, une collection de 7 émissions en 2ème partie de soirée.

MEDIA +

Vous produisez «Braqueurs», un documentaire diffusé les dimanches 13 et 20 juin à 23h20 sur M6. Quelle est l’origine du projet ?

Karine LE MARCHAND

Le point de départ vient de la lecture d’un livre sur un braqueur que j’ai d’ailleurs rencontré par la suite. Dans son ouvrage, il évoquait le principe de la justice restaurative en Belgique qui consiste à faire rencontrer l’auteur d’un crime avec sa victime. Ce processus a fait ses preuves puisque la récidive baisse et il permet aux victimes de se sentir mieux. Le braqueur est une figure assez fascinante pour la plupart des gens. A travers un documentaire, je souhaitais leur donner la parole en essayant de savoir comment on devient braqueur, de quelle manière ils vivent et à quoi ressemble leur cavale. Nos témoins rêvaient de paillettes, d’argent, de femmes, de belles voitures mais ils se sont tous brûlés les ailes… La phase de casting a pris énormément de temps. La difficulté a été de les convaincre de témoigner à visage découvert alors qu’ils avaient purgé leur peine. Il fallait leur offrir une possibilité cathartique de s’exprimer. On a voulu sortir d’une réalisation très «dark» en proposant un véritable écrin pour libérer la parole. Écrit par Delphine Cinier et Benjamin Chabeau-Millot, ce documentaire pose des questions sur la société.

MEDIA +

Quelle autre figure souhaitez-vous explorer dans vos productions ?

Karine LE MARCHAND

Je m’intéresse à tous ceux qui ne veulent pas parler. C’est finalement assez large mais nous y arrivons. Les agriculteurs n’étaient pas une corporation qui parlait facilement de ses doutes et de ses souffrances… Nous réalisons actuellement pour M6 un documentaire sur les personnes transgenres, qui nous emmène très loin, à la fois dans les chemins personnels et dans ce que la France a mis en place pour et contre eux. C’est un documentaire que j’incarne et qui devrait voir le jour en 2022, en Prime.

MEDIA +

Quid du retour d’«Une Ambition Intime»?

Karine LE MARCHAND

Nous tournons actuellement de nouveaux numéros avec des personnalités politiques. Ils ont tous accepté de participer à cette émission qui révèle leur caractère, leur parcours, et la naissance de leur ambition. Ça a été beaucoup plus facile de les convaincre par rapport à il y a 6 ans. Ils savent qu’il y a une bienveillance, et que nous sommes politiquement neutres.

MEDIA +

D’autres projets en préparation ?

Karine LE MARCHAND

Nous montons un projet écoresponsable qui va durer 3 ans autour d’une maison que j’achète et que nous allons refaire à la pointe de l’écoresponsabilité. L’idée est d’apprendre aux particuliers des choses toutes simples pour être plus autonome énergétiquement. Ce ne sera pas forcément un format pour M6, mais nous le développons avec le groupe sur différents supports.

LES DIRIGEANTS

Karine LE MARCHAND

Fondatrice & Productrice

COORDONNEES

111 avenue Victor Hugo 

75116 Paris

DATE DE CREATION

2000

PRODUCTIONS

«Braqueurs», «Une Ambition Intime», «Opération Renaissance», …