L. HERSZBERG : «Propice à la création de séries, notre Forum de coproduction a reçu 560 projets»

31

«Rassembler autour de la série et de la création audiovisuelle», telle est la promesse de la prochaine édition de Séries Mania qui se tiendra du 26 août au 2 septembre à Lille et en ligne. L’occasion de nous entretenir avec Laurence HERSZBERG, Directrice générale de Séries Mania.

L’ambition éditoriale et artistique de Séries Manias a-t-elle été accentuée ?  

Nous avons placé le rendez-vous sous l’angle des retrouvailles de la convivialité. Notre ambition artistique tient compte des contraintes que nous subissons avec le Covid puisqu’il est à la fois difficile de voyager et de s’assurer de la présence d’invités internationaux. Le programme sera complété tout au long du mois de juillet. Nous recevrons la chanteuse et comédienne américaine, Audra McDonald qui s’est notamment illustrée par ses rôles à Broadway (6 Tony Awards). À la télévision, elle a joué dans «Private Practice» et «The Good Fight», et viendra nous présenter la série «The Bite» (ViacomCBS Global Distribution Group). Elle sera la première à recevoir le «Séries Mania Étoile Award», dédiée à une personnalité internationale du monde de la série.  Au programme aussi, le showrunner Clyde Phillips qui reviendra sur 15 ans de «Dexter» ou encore «Chris Brancato», scénariste et producteur («X-Files, «New York : section criminelle», «Narcos»). Nous avons décidé de faire venir aussi des invités d’honneur pour des éclairages philosophiques, religieux et politiques à travers les séries, avec respectivement la journaliste et essayiste Tania de Montaigne, le rabbin Delphine Horvilleur et l’ancien Premier Ministre Edouard Philippe.

Le contexte actuel vous oblige-t-il à réinventer Séries Mania ?

Nous avons revu la rétrospective thématique qui nous sert de fil rouge. Au début, nous pensions aux séries hospitalières qui inondent la planète de créativité. Mais nous avons radicalement changé en privilégiant un angle de plus drôle et joyeux, à savoir le stand-up. Depuis «Seinfield», les stand-uppers envahissent la série, se mettent en scène et racontent une vision de leur rapport au monde. Voilà pourquoi nous accueillons 5 stand-uppers de la scène française (Fadily Camara, Nora Hamzawi, Agnès Hurstel, Kyan Khojandi et Alex Ramirès) qui viennent nous présenter les deux épisodes de leur série de stand-up préférée.

Poursuivez-vous votre travail de défrichage de séries à l’international ?

Absolument ! Nous avons visionné des séries provenant de 58 pays différents. Nous accueillons 21 territoires au sein de notre programmation et notamment de nouveaux entrants comme la Serbie, la Croatie, la Turquie, la Colombie et Taïwan. Il y a un peu moins de séries US puisque non seulement les Américains ont un peu moins tourné cette année, et leurs séries, une fois produites, sont immédiatement diffusées.

Quelle place accordez-vous aux professionnels de l’audiovisuel ?

Séries Mania est un festival grand public mais aussi le rendez-vous des professionnels. Notre Forum de coproduction représente trois jours de rencontres, de discussions et de masterclass. Dans notre nouveau «Creative Bazaar», une soixantaine de scénaristes du monde entier viendront discuter et présenter leur projet. Propice à la création de nouvelles séries, le Forum de coproduction a reçu 560 projets cette année. 15 seulement ont été sélectionnés. Le meilleur d’entre eux reçoit 50.000 € en développement. Entre 25 et 30% des séries présentées lors des éditions précédentes ont été réalisées. Pour éclairer les développements du secteur audiovisuel, tout comme la croissance rapide des plateformes internationales, nous organisons en partenariat avec le Ministère de la Culture et la Commission Européenne, les «Dialogues de Lille» qui réuniront les décideurs politiques européens et dirigeants de l’industrie autour du thème «L’audiovisuel au cœur de la relance européenne», à l’heure où les plateformes vont devoir investir dans la création française. Enfin, nous lançons le «Série Mania Institute», la première école européenne 100% séries.

De quel budget dispose Séries Mania cette année ?

7,2M€.