L. RAFTERY (NBCUniversal International): «Universal+ ne cherche pas à entrer en concurrence directe avec les plateformes SVOD»

213

NBCUniversal International Networks & Direct-To-Consumer poursuit le déploiement d’Universal+ en France. Lancée pour la première fois avec SFR en novembre dernier, cette nouvelle offre de divertissement est désormais disponible via Bouygues Telecom et Prime Video Channels. Quel est l’enjeu autour d’une telle offre ? Rencontre avec Lee RAFTERY, Managing Director EMEA chez NBCUniversal International Networks & Direct-To-Consumer.

Pourquoi avoir rebaptisé votre offre Universal+ ?

Le choix de la marque Universal+ nous est apparu évident pour deux raisons principales. D’abord parce que Universal est une marque mondiale avec une notoriété établie extrêmement élevée. En France, elle est connue par plus de 90% de la population et projette immédiatement une image de divertissement premium. Ensuite, le symbole « + » permet simplement de faire comprendre immédiatement que cette offre proposera une grande quantité de contenus, notamment à la demande.

Vous offrez finalement une nouvelle vitrine à vos chaînes payantes historiques (13ème RUE, SYFY, E!) ?

Universal+ repose effectivement sur le portefeuille de chaînes NBCUniversal International Networks & DTC présentes sur le marché français, et notamment sur 13ème Rue, une des chaînes leader de la Pay TV en France depuis vingt-cinq ans. Il s’agit pour nous d’une évolution naturelle pour ces chaînes compte tenu de l’évolution des usages de nos spectateurs : regrouper les marques et les contenus sous une marque ombrelle extrêmement puissante, conserver le bassin d’audience et la force de proposition et de promotion du linéaire et développer une offre non-linéaire très importante afin de proposer un confort d’utilisation aux téléspectateurs. Nous tenions également à renforcer cette offre avec l’ajout d’une nouvelle chaîne et de nouveaux contenus. La puissance de la marque DreamWorks et la qualité de ses programmes nous sont apparus comme un parfait complément aux marques déjà existantes.

Quelle est votre stratégie de distribution en France et en Europe ?

Notre stratégie de distribution repose sur un modèle BtoBtoC avec les acteurs traditionnels de la Pay TV tels que nos partenaires SFR et Bouygues Telecom ainsi qu’avec les nouveaux acteurs de ce marché puisque Universal+ est désormais disponible via Prime Video. Nous proposons ainsi à nos partenaires de renforcer leur offre TV en proposant Universal+ à leurs abonnés. Cela peut ensuite prendre différentes formes : intégration permanente ou provisoire dans leurs offres TV, vente à la carte… D’une manière générale, nous continuons à nous positionner en tant que partenaires des acteurs de la Pay TV.

Face à des acteurs très installés comme Netflix, Prime Video et Disney+, comment se positionne Universal+ ?

En tant qu’offre de divertissement hybride (linéaire et non-linéaire), nous ne recherchons pas à entrer en concurrence directe avec les plateformes SVOD. D’abord parce que Universal+ s’appuie sur des marques et des contenus issus de la Pay TV linéaire. Ensuite parce que nous ne recherchons pas à proposer le catalogue le plus large possible, mais une importante sélection de séries organisées par genre : Thriller / Science-Fiction / TV Réalité / Animation. Face au volume actuel de contenus déjà disponibles pour le public, la qualité est plus importante que la quantité. Notre objectif est d’abord de renforcer notre offre TV existante, pas de s’y substituer. Enfin car Universal+ sera accessible pour un grand nombre d’abonnés sans coût supplémentaire (lorsqu’il est intégré dans des packages Pay TV proposés par les opérateurs, comme le bouquet famille sur SFR), avec l’un des plus bas prix du marché.

Au sein d’un groupe très international comme le vôtre, comment raisonnez-vous local ?

En tant que groupe international, nous bénéficions d’un certain nombre d’atouts, notamment en termes de marques et de contenus, mais aussi en termes de savoir-faire et de moyens. Toutefois, nous sommes conscients des spécificités de chaque marché sur lequel nous opérons. Les marques qui composent Universal+ diffèrent ainsi en fonction des territoires, ainsi que les contenus en fonction des goûts des spectateurs et de leur disponibilité. En France, en plus de proposer des séries américaines et européennes à succès, nous avons accru notre participation dans la production de séries originales françaises. Depuis 2019 avec «Trauma», qui était notre toute première série originale 13ème RUE avec Guillaume Labbé, puis en 2021 «J’ai tué mon mari» avec Erika Sainte, «Marion» en 2022 avec Louise Monot. Nous avons récemment lancé en novembre notre quatrième série originale «Cuisine Interne» avec Annabelle Lengronne. Ces séries sont bien entendu disponibles sur Universal+.

Quelle valeur ajoutée la chaîne DreamWorks apporte-t-elle ?

DreamWorks étant l’une des marques leader pour les enfants dans le monde, nous sommes ravis de proposer à de nouveaux publics le meilleur du divertissement jeunesse. Ce lancement en France étend la présence de DreamWorks à 43 territoires. En France, la chaîne propose un vaste catalogue de séries animées primées aux Emmy® Awards telles que «Les Aventures du Chat Potté», «Roi Julian ! L’Élu des Lémurs», «Où est Charlie ?» ou «Les Croods : Origines». L’ajout de Dreamworks au sein d’Universal+ permet de compléter l’offre préexistante pour en faire une véritable offre familiale. Avec ses contenus et sa marque, DreamWorks est un atout de poids pour le développement d’Universal+ partout dans le monde.

Quelle est votre feuille de route pour 2023 ?

En France, nous allons continuer à développer Universal+ en élargissant la distribution avec de nouveaux partenaires mais aussi en augmentant le bassin d’audience d’Universal+ chez nos partenaires existants. Au fil des mois, nous augmenterons également notre offre de contenus, de nouvelles séries exclusives seront lancées chaque mois en linéaire et ajoutées au catalogue non-linéaire. En janvier par exemple, nous lancerons plusieurs nouvelles séries exclusives dont «Le Village des damnés», «Below Deck Mediterranée» saison 7, «My life is Murder» saison 3, «Reginald the Vampire» et «Departure» saison 3. Nous sommes également très fiers d’annoncer que nous lancerons deux nouvelles séries originales 13ème Rue en 2023.

Une nouvelle chaîne est-elle envisagée ?

Nous sommes ravis d’avoir précédemment et très récemment lancé une nouvelle chaîne en France avec DreamWorks.