L’AACC sensibilise au sous-titrage des pubs

196

 

La commission développement durable de l’AACC (Association des agences-conseils en communication) a lancé en juin 2012 une action de sensibilisation de ses agences-membres à la nécessité de sous-titrer les écrans publicitaires. «Cette communication porte aujourd’hui ses fruits et les annonceurs semblent répondre favorablement à cette nouvelle proposition des agences», précise l’Association dans un communiqué. Ce dernier informe que le film publicitaire était, il y a peu de temps encore, le seul contenu audiovisuel à ne pas être accessible par les malentendants via le sous-titrage. C’est 4,09 millions de personnes sourdes ou malentendantes (soit 6,6% de la population) qui n’avaient pas accès jusque-là aux campagnes publicitaires créées par les agences. Le manque d’une solution garantissant le respect des impératifs propres au contenu publicitaire constituaient des freins majeurs au sous-titrage. Cette solution existe aujourd’hui. La commission développement durable de l’AACC a donc adressé à ses agences-membres une communication les engageant à conseiller à leurs annonceurs de sous-titrer leurs films publicitaires. Cette démarche suscite un intérêt grandissant des agences et parmi les précurseurs, adhérents de l’AACC, citons BETC et JWT qui proposent dores-et-déjà un sous- titrage systématique à l’ensemble de leurs clients.