L’action du géant des médias et de l’édition Vivendi grimpe à la Bourse de Paris après l’annonce d’un projet de scission du groupe

147

L’action du géant des médias et de l’édition Vivendi grimpait de plus de 8,17% à la Bourse de Paris jeudi matin, après l’annonce d’un projet de scission de ses activités en plusieurs entités cotées.

Le titre valait 9,69 euros, en progression de 8,17% vers 09h45, dans un marché qui montait de 1,09%. Vivendi a expliqué subir «une décote de conglomérat très élevée», c’est-à-dire que la valorisation boursière actuelle du groupe serait inférieure à la somme des valeurs de ses filiales et participations dans différentes sociétés.

«Cette perspective est évidemment très positive pour Vivendi car elle permettrait une forte réduction de la décote de holding particulièrement élevée (environ 48% actuellement)», expliquent les analystes d’Oddo BHF dans une note.

«Les actionnaires actuels se retrouveraient alors actionnaires de trois entités, mieux valorisées», ajoutent-il.

Le projet de scission se structure notamment autour de trois sociétés: Canal+, Havas et une société d’investissement incluant sa participation majoritaire dans le groupe Lagardère.

Mastodonte des médias, le groupe de Vincent Bolloré est notamment soutenu par le dynamisme de Canal+ et d’Havas, qui ont affiché respectivement 1,5 milliard d’euros de chiffres d’affaires au troisième trimestre et 686 millions d’euros, «dans un contexte international marqué par de nombreuses opportunités d’investissement».

Ce projet de scission, qui devrait s’inscrire dans la durée, donnerait «les moyens humains et l’agilité financière nécessaires» aux développements souhaités, souligne Vivendi, qui fera un point sur l’avancement de l’étude du projet et de sa faisabilité «en temps voulu».

L’annonce arrive de façon surprise, une semaine après que l’opérateur boursier Euronext a indiqué le retour de Vivendi au sein de l’indice CAC40, qui sera effectif le 18 décembre.

Depuis la cession de son ancienne filiale Universal Music en 2021, le groupe a vu sa valeur en Bourse être divisée par trois en près de deux ans.