Le cinéma, un loisir qui reprend quelques couleurs

295

GroupM, acteur mondial en conseil et investissements publicitaires regroupant les activités médias du groupe WPP, dévoile son rapport sur la consommation en cinéma et SVOD des Français. L’étude révèle sans surprise l’impact de la crise sanitaire sur le cinéma. Moment de plaisir, seul ou accompagné.e, le cinéma est une activité de détente. L’étude de GroupM revèle que 41% des Français sont attirés principalement par un film après avoir vu une bande-annonce, 39% par un film, un acteur ou un réalisateur en particulier et 23% par l’expérience que procure le cinéma (confort, grand écran, etc.). D’ailleurs, trois quarts des spectateurs arrivent avant le début des bandes-annonces et publicités pour profiter pleinement de l’expérience et 42% ont repris les mêmes habitudes qu’avant la crise sanitaire. Niveau fréquentation, près de trois Français sur dix vont au cinéma au moins une fois par mois, un chiffre en baisse par rapport à mars 2020, avant la crise sanitaire (30%), et c’est parmi les plus jeunes que le cinéma trouve son audience puisque 45% des 18-24 ans sont de gros consommateurs de cinéma (ils se rendent au cinéma au moins une fois par mois), suivis des 25- 34 ans dont 34% d’entre eux sont de gros consommateurs. La crise sanitaire a eu évidemment un impact considérable sur la consommation culturelle et près de la moitié des sondés ont déclaré aller moins souvent au cinéma qu’avant, par peur de contamination (23%) ou du fait des diverses restrictions sanitaires encore effectives il y a peu (15%). Toutefois, les chiffres montrent que 58% des Français sont retournés au cinéma depuis la réouverture et parmi ceux qui n’y sont pas retournés, un quart songe à le faire prochainement. Les personnes interrogées se rendent principalement au cinéma en couple (42%), 19% s’y rendent entre amis, 17% seul.e et 15% avec leurs enfants. Ce sont principalement les films d’action (53%) et les comédies (50%) qui attirent, et particulièrement les films français pour la moitié d’entre eux.Quelques freins persistent néanmoins: près de la moitié déclare aller moins souvent dans les salles de cinéma qu’avant, car cela reste une activité coûteuse pour huit Français sur dix (77%). De plus, une majorité constate qu’il y a moins de films intéressants (53%).