Le festival de la fiction de La Rochelle promet vedettes et diversité de tons pour son édition 2022

156

Le festival de la fiction de La Rochelle, rendez-vous majeur de l’audiovisuel français, promet pour son édition 2022, du 13 au 18 septembre, vedettes, thématiques et formats hétérogènes, au sein d’une sélection de 41 oeuvres dont 25 françaises inédites en compétition officielle. Créé il y a 25 ans à Saint-Tropez, le festival de la fiction, installé depuis 11 ans à La Rochelle, s’est imposé comme un événement incontournable de la télévision française tout en poursuivant son ouverture aux nouveaux acteurs de l’audiovisuel.Amazon Prime Video et Netflix présenteront ainsi pour la première fois, hors compétition et en avant-première, deux séries originales françaises, respectivement «Miskina, la pauvre», portée par Melha Bedia (Forte) et «Notre-Dame, la part du feu» avec Roschdy Zem, Caroline Proust et Simon Abkarian. Durant cinq jours, le festival, ouvert aux fans de fiction comme aux professionnels, accueillera également de nombreuses célébrités parmi lesquelles Artus, Audrey Fleurot, Julie Gayet ou Alexandra Lamy. Avec quelque 1.200 professionnels accrédités à date, l’édition 2022 affiche une participation en hausse de 30% par rapport à l’an dernier, a indiqué Stéphane Strano, le président du festival, lors d’une conférence de presse. Côté sélection française, «cette année, plus que les précédentes, on sort des stéréotypes, il y a une très grande diversité», a déclaré Marc Tessier, ancien président de France Télévisions et président du comité de sélection France. «On a beaucoup dit que la fiction française était plan-plan, assez peu imaginative» que c’était ««du sous-cinéma», ce n’est plus du tout le cas», a-t-il ajouté. Parmi les téléfilms, les actrices Hafsia Herzi et Sylvie Testud, toutes deux passées derrière la caméra, seront en compétition avec respectivement «La cour» (Arte) et «Maman, ne me laisse pas m’endormir» (France Télévisions/RTBF/TV Monde).

Côté séries, on retrouve la très populaire Audrey Fleurot dans l’angoissante «Esprit d’hiver» (Arte) ou Tomer Sisley dans la futuriste «Vortex» (France TV). Hors compétition, à noter deux séries historiques événements: la super-production de Canal+ «Marie-Antoinette» et «Diane de Poitiers», incarnée par Isabelle Adjani, à venir sur France Télévisions.

Dans la compétition européenne, où les fictions scandinaves dominent, «il n’y a plus de genres dominants: il y a de moins en moins de policiers, on est de plus en plus dans la comédie sociale, le thriller, etc.» relève Carole Villevet, responsable du comité de sélection européen et francophone. Le jury, présidé par l’actrice Sandrine Bonnaire, décernera 15 prix le samedi 18 septembre, au cours d’une cérémonie de clôture présentée par l’humoriste Mathieu Madénian.