Le fonds d’indemnisation pour les tournages de films et de séries doublé à 100 millions d’euros

14

Le fonds d’indemnisation mis en place pour permettre la reprise des tournages de films et de séries face à l’épidémie de Covid-19 a été doublé à 100 millions d’euros grâce à la participation d’assureurs mutualistes, a annoncé le CNC mardi. Réclamé par les producteurs, abondé par l’Etat et placé sous l’égide du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), ce fonds temporaire d’indemnisation et de garantie pour les tournages, opérationnel depuis le 1er juin, était doté jusqu’ici de 50 millions d’euros. Il couvre le coût lié au report ou à l’annulation d’un tournage en raison du Covid-19. Sa création avait été annoncée début mai par le président Emmanuel Macron pour aider les secteurs de l’audiovisuel et du cinéma, paralysés car non assurés contre le risque de pandémie pour les tournages. Il avait alors indiqué que ce fonds pourrait être cofinancé par les assureurs, ce qui n’avait pas été le cas dans un premier temps. «Le CNC avait imaginé une couverture à deux étages. Le fonds public est opérationnel pour tous les tournages qui ont pu reprendre ou démarrer depuis le 11 mai. Le second, constitué par des assureurs privés, vient d’aboutir et c’est une excellente nouvelle», a déclaré le président du Centre national du cinéma (CNC) Dominique Boutonnat, cité dans le communiqué. «Cette nouvelle étape permet de doubler la capacité d’indemnisation du sinistre Covid-19 sur les tournages, en la portant à 100 millions d’euros. C’est un bel exemple de partenariat entre le public et le privé au service de la création», a-t-il ajouté. Concrètement, «grâce au travail entrepris avec un un pool d’assureurs mutualistes français composé d’Aréas Assurances, de la Macif et de la Matmut», les tournages auront désormais accès à un niveau supérieur de garantie, avec un engagement renforcé à 1,8 million d’euros au total et 30% du devis, indique le CNC. Ce fonds devait jusqu’ici permettre de couvrir le risque jusqu’à 20% du coût du film, avec un plafond de 1,2 million d’euros.