Le géant sud-coréen Samsung Electronics optimiste grâce au coronavirus

310

Le géant sud-coréen Samsung Electronics a annoncé mardi qu’il s’attendait à une hausse de son bénéfice au premier trimestre, et ce grâce à une forte demande en puces liée au recours massif au télétravail à cause du Covid-19.

La pandémie a semé le chaos dans des pans entiers de l’économie mondiale. Samsung Electronics, navire amiral du groupe Samsung, a lui-même dû arrêter onze lignes d’assemblage à cause du coronavirus.

A terme, les analystes s’attendent à ce que le numéro un mondial des smartphones et des puces mémoire paie cher la chute mondiale de la consommation.

Mais, à court terme, il semble que le premier groupe sud-coréen tire son épingle du jeu, et ce grâce au télétravail qui se développe massivement au temps du confinement.

Dans un bref communiqué, Samsung Electronics a annoncé mardi tabler sur un bénéfice d’exploitation en hausse de 2,7% au premier trimestre, à 6.400 milliards de wons (4,9 milliards d’euros) et sur un chiffre d’affaires en progression de 5%, à environ 55.000 milliards de wons.

«Il y a eu une forte demande de puces mémoire pour les serveurs de données car de plus en plus de personnes travaillent de chez elles à cause de cette épidémie», a expliqué Tom Kang, analyste chez Counterpoint, cabinet basé à Hong Kong. «Nous observons aussi une hausse de la demande en ordinateurs portables de la part d’entreprises qui n’étaient pas totalement prêtes au travail à distance».

Samsung Electronics est crucial pour la Corée du Sud puisque le groupe Samsung est le plus gros des conglomérats familiaux, connus sous le nom de chaebols, qui dominent la 12ème économie mondiale.

A long terme, les perspectives de Samsung sont beaucoup plus incertaines: l’agence de notation Fitch Ratings table désormais sur une contraction cette année de 1,9% de l’économie mondiale, et de 3,3% aux Etats-Unis, ce qui risque de faire grimper le chômage et de plomber la consommation.

Tous les fabricants d’électronique devraient fortement ressentir la récession à venir, avec le ralentissement de la production des usines et de la circulation des biens, la fermeture des points de vente pour les consommateurs, et la détérioration brutale de l’emploi.

En outre, les zones Amérique du Nord, Asie et Europe, cruciales pour Samsung, sont les plus touchées par le virus, a observé James Kang, d’Euromonitor.