Le gouvernement israélien autorise l’utilisation du service d’accès à internet par satellite Starlink sur son territoire ainsi que pour un hôpital dans la bande de Gaza

114

Le gouvernement israélien a annoncé ce mercredi 14 février 2024 avoir autorisé l’utilisation du service d’accès à internet par satellite Starlink, propriété d’Elon Musk, sur son territoire, ainsi que pour un hôpital de campagne géré par les Emirats arabes unis à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza.

Le ministre des Communications Shlomo Karhi a «autorisé les opérations de Starlink en Israël», selon un communiqué de ses services.

En novembre dernier, M. Karhi avait annoncé un accord de principe sur sur l’utilisation de Starlink en Israël et à Gaza.

«Le ministre et des représentants de Starlink ont également conclu des accords concernant l’accès à Starlink dans la bande de Gaza», selon le communiqué.

«Aujourd’hui (mercredi) les services de sécurité israéliens ont autorisé l’accès à Starlink à l’hôpital de campagne des Emirats arabes unis opérant à Rafah», ajoute le ministère, affirmant que cela permettrait à l’établissement de communiquer avec d’autres et d’effectuer des diagnostics à distance.

Israël autorise moins de la moitié des missions de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) visant à acheminer de l’aide à Gaza alors que les hôpitaux y sont «complètement débordés», a déploré ce mercredi 14 février un responsable de l’Organisation mondiale de la Santé, le Dr Rik Peeperkorn.

Le personnel médical est obligé de procéder à des amputations, faute de moyens pour soigner les patients dont une intervention chirurgicale pourrait sauver les membres dans un environnement normal, a-t-il ajouté.

«L’entrée de Starlink en Israël permettra des communications par satellite en temps normal comme en période d’urgence», a souligné le ministre israélien.

«Les unités dans la bande de Gaza pour soutenir des projets humanitaires devront être approuvées individuellement, et seulement après que les forces de sécurité israéliennes auront confirmé qu’il s’agit d’entités autorisées ne présentant pas de risque ou de possibilité de danger pour la sécurité nationale» d’Israël, selon la même source.