Le projet de chaîne francilienne Telif soutenu par des élus

123

La maire de Paris Anne Hidalgo et une cinquantaine d’élus de tous bords ont apporté lundi leur soutien au projet de chaîne Telif, réunissant sept télévisions de la région parisienne, avant une décision du Conseil supérieur de l’audiovisuel pour l’attribution d’une fréquence TNT en Ile-de-France. Telif, porté par la société Franciliennes TV, à laquelle se sont joints les investisseurs et patrons de presse Bruno Ledoux et Henri Nijdam, avait été préselectionné en juin par le CSA.

Mais fin décembre le régulateur s’est rétracté et a rouvert la compétition aux concurrents précédents, jugeant que le projet Telif manquait de financements. Depuis, Telif et d’autres candidats ont redéposé des dossiers, sur lesquels le CSA doit trancher. Telif a annoncé lundi avoir reçu de nombreux soutiens politiques, à commencer par Anne Hidalgo, qui a envoyé le 27 janvier au CSA un courrier en ce sens, révélé par «l’Express». Elle y déclare soutenir le projet Telif et lui renouvelle son soutien, au nom des «valeurs du pluralisme». Elle y indique aussi que la Ville de Paris souhaite «accompagner la chaîne» avec «différentes formes de collaboration».

En outre, 51 parlementaires et élus d’Ile-de-France ont signé une motion de soutien à Telif. «A un moment où les médias accessibles à tous (une fréquence TNT gratuite étant un bien public) doivent affirmer plus que jamais une ligne éditoriale défendant des valeurs de diversité et de laïcité, nous, parlementaires et élus d’Ile-de-France, affichons notre soutien à Franciliennes TV», écrit le texte. «Le projet de Franciliennes TV est le plus légitime pour apporter les garanties de pluralisme indispensables à une chaîne de proximité qui doit s’adresser à tous les Franciliens, sans distinction», ajoute le texte. Parmi les signataires figurent Nathalie Kosciusko-Morizet (LR), Benoit Hamon (PS), Nicolas Dupont Aignan (DLF), Jean Vincent Placé (Ecologiste), les présidents de quatre départements (Essonne, Seine-Saint-Denis, Val de Marne, Val-d’Oise), et les maires d’une vingtaine de communes.

Telif a pour principal rival le projet «IFTV Service» des groupes Le Figaro (à 49%) et Secom (51%). Ce dernier, présidé par Bruno Lecluse, édite les chaînes Grand Lille TV, TV Melody, The Museum Channel et MyZen TV.

En privé, les partisans de Telif attaquent leur concurrent en soulignant que Bruno Lecluse, fondateur de la chaîne KTO, est diacre permanent au sein du diocèse de l’Église Catholique de Lille, laissant entendre qu’il n’est pas neutre sur le terrain religieux.

Un argument rejeté avec force par les responsables du projet Le Figaro/Secom qui font valoir que les convictions de M. Lecluse n’ont rien à voir ni avec ses activités professionnelles ni avec le projet de chaîne, et dénoncent des attaques «abjectes» et «peu respectueuses de la laïcité».