Le Québec s’inquiète d’une diminution des crédits de TV5

    167

    Les autorités québécoises craignent que la réforme en préparation de l’audiovisuel public français destiné à l’étranger n’entraîne une diminution des crédits de la télévision francophone TV5, rapporte mercredi le quotidien québécois «Le Devoir». «La détermination du nouveau président français Nicolas Sarkozy de réduire les budgets actuels accordés à la télévision de la francophonie TV5 inquiète Québec», écrit le quotidien. Il ajoute qu’une réunion ministérielle sur l’avenir de TV5 doit avoir lieu en novembre en Suisse avec la participation de la ministre canadienne du Patrimoine, Josée Verner, et de la ministre québécoise de la Culture, Christine St-Pierre. Selon le quotidien, cette réunion a forcé le report d’une manifestation culturelle prévue aux mêmes dates à Montréal et à laquelle les deux ministres devaient participer. L’inquiétude au sujet de l’avenir de TV5 a «depuis quelques mois gagné les plus hautes sphères du gouvernement québécois» qui en a fait part à Paris, poursuit «Le Devoir». Il n’avait pas été possible d’obtenir immédiatement de commentaires ou confirmation des autorités québécoises. Une réforme de l’audiovisuel public français destiné à l’étranger est en préparation en France pour rendre plus performant un dispositif complexe composé principalement des télévisions France 24 et TV5 ainsi que de la radio RFI. La France fournit la majeure partie du budget de TV5. La Belgique, la Suisse et le Canada-Québec fournissent chacun un neuvième de ce budget. La ministre québécoise de la Culture a déclaré que le Québec attachait une grande importance à TV5, qu’elle a qualifié d’«outil de promotion de la langue française diffusé dans 200 pays».