Le Tournoi des six nations de rugby vend 15% de ses droits commerciaux au fonds d’investissements CVC

75

Le Tournoi des six nations de rugby a trouvé un accord pour vendre 15% de ses droits commerciaux au fonds d’investissements CVC Capital Partners, ancien propriétaire de la Formule 1, selon le journal britannique «The Times» mardi, qui parle d’une transaction de 300 millions de livres (environ 340 M EUR). L’instance n’a pas confirmé l’information, affirmant seulement «être entrée en négociations exclusives avec un partenaire d’investissement externe», mais le patron du rugby mondial, Brett Gosper, a prévenu mardi qu’il veillerait à ce que cette irruption d’un acteur privé ne nuise pas au «bien-être des joueurs». «Les Six nations pensent que l’investissement dans le rugby est vital pour le futur de notre sport et jugent essentielle la décision d’entrer dans cette phase de négociations», affirme le Tournoi des six nations dans un communiqué. Si l’opération se confirme, le fonds CVC, l’un des plus importants au monde, détiendrait ainsi des parts non seulement sur les droits du Tournoi des six nations mais aussi de ceux des tournées des équipes du Sud dans l’hémisphère Nord à l’automne et de celles du Nord dans l’hémisphère Sud à l’été. L’entrée au capital de CVC pourrait signer la fin de la retransmission du Tournoi sur les chaînes publiques dans certains des six pays, alors que certaines rumeurs circulent sur un intérêt du groupe Amazon. La finalisation de l’accord est attendue après la finale de la Coupe du monde, le 2 novembre. CVC, qui détenait la majorité des parts du championnat de Formule 1 de 2006 à 2016, a déjà acquis en décembre 27% des parts de la première division anglaise de rugby, estimées à 200 millions de livres (225 millions d’euros) et avait fait en mars une offre pour 30% des parts du Tournoi des six nations, selon la BBC. Le président de World Rugby, l’organe suprême du rugby mondial, Brett Gosper a fait part mardi de ses inquiétudes sur le fait que «certaines décisions puissent être prises qui ne sont pas dans l’intérêt de la croissance ou du bien-être des joueurs». «Nous voulons être sûrs que cela est fait pour de bonnes raisons. Beaucoup de nos membres les plus importants ont bien accueilli ces fonds supplémentaires et donc nous ne pouvons le voir que positivement. (…) Restons optimistes», a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse à Tokyo, trois jours avant l’ouverture du Mondial-2019 au Japon. Le comité des Six nations, composé de l’Angleterre, l’Irlande, l’Ecosse, le pays de Galles, l’Italie et de la France, est en discussion depuis près de deux ans au sujet de la mise en commun de ses intérêts commerciaux. «The Times» affirme que CVC est aussi proche de finaliser un contrat avec The Pro14, offrant 115 millions de livres (130 millions d’euros) pour détenir 27% du championnat qui réunit des équipes galloises, écossaises, irlandaises, italiennes et sud-africaines. En cas d’accord, le Top 14 français deviendrait la seule compétition majeure du rugby européen indépendante de CVC.