Les rédactions des journaux doivent s’attaquer au virage du mobile

383

A peine le tournant du web achevé, les rédactions des journaux doivent s’attaquer au virage du mobile, à travers des contenus dédiés et des interfaces parfois onéreuses : un enjeu stratégique, la consultation d’internet sur smartphones étant en constante augmentation. Signe de cette évolution du mode d’utilisation du web, au cours du 3ème trimestre 2012, quelque 41% des Français âgés de 11 ans et plus se sont connectés à internet depuis leur téléphone mobile, selon Médiamétrie. Un tournant également constaté par les médias. «Cet été, on a eu pour la 1ère fois plus d’articles lus en mobilité (55%) que sur le web», déclare Isabelle André, PDG du «Monde Interactif». Selon elle, le mobile est le relais de croissance du «Monde Interactif»: il représente «8 à 10 % de la croissance de la publicité qui est tirée à 100% par le mobile, alors qu’elle est flat (stable, ndlr) sur le web». Pourtant, «à ce jour, on ne produit pas de contenu, on ne titre pas et on ne hiérarchise pas pour le mobile. En revanche, nous y réfléchissons fortement», ajoute-t-elle, expliquant que «Le Monde» s’est doté d’une «cellule nouveaux écrans». Comme dans la plupart des journaux, cette simple transposition du site web sur les smartphones est également appliquée au «Figaro». «Hormis les push, il n’y a pas d’éditing spécifique au mobile. Ça dépend de comment va évoluer l’audience là-dessus mais, à cette date, la promesse c’est: un contenu et plusieurs écrans. Je ne dis pas que ça ne changera pas, mais, pour l’instant, ce n’est pas la priorité», explique Pascal Pouquet, directeur des nouveaux médias au «Figaro».