L’esport comme alternative face à l’arrêt des compétitions sportives

277

Alors que le monde du sport traditionnel est très fortement impacté par la crise sanitaire du Covid-19, l’esport se présente comme une alternative pour les amateurs de sensations compétitives. ES1, la chaîne de télévision française entièrement dédiée à l’esport, se mobilise pour proposer plus de compétitions et de nombreuses émissions assurées à distance. En cette période de confinement, la chaîne a su s’adapter pour continuer de proposer des compétitions inédites avec notamment la LFL (Ligue Française de League of Legend), les Rocket League ChampionshipSeries, qui devraient séduire les amateurs de foot et de voiture, ou encore la ligue internationale Blast Premier sur le jeu Counter Strike.

Toutes ces compétitions qui se jouaient lors d’événements physiques se poursuivent en effet, désormais, en ligne. La grille des programmes a également été revue, avec un rythme de diffusion supérieur. Les différents intervenants d’ES1 ont été équipés pour pouvoir assurer une continuité des programmes depuis chez eux. Les magazines sont réalisés en ligne, via webcams, avec les différents chroniqueurs et invités. Ce nouveau mode de fonctionnement a par ailleurs permis d’obtenir des guests qu’il aurait été compliqué d’avoir en plateau, car résidants aux quatre coins du monde, précise la chaîne dans un communiqué.Des programmes spéciaux ont aussi été mis en place, comme un module où des personnalités de l’esport et du gaming partagent leur jeu favori pendant le confinement. A noter aussi qu’ES1 a décidé de lancer un nouveau magazine intitulé «Il va y avoir du sport». Ce nouveau programme, présenté par Alix Dulac et Bob Obéron dès le 16 avril, abordera l’actualité sportive sous un angle esport et démontrera comment les sports traditionnels trouvent dans l’esport un relais nouveau. «ES1 a su s’adapter à la situation actuelle en mobilisant ses talents et ses équipes afin de proposer des programmes et des contenus toujours inédits. La scène esport reste très dynamique. La chaîne qui la représente se devait de proposer au large public qui la regarde une offre aussi riche qu’à la normale, voire encore plus», commente Nicolas Gicquel, directeur des programmes.

«L’arrêt des compétitions sportives a incité de nombreuses chaînes de sport, comme BeIN Sports en France ou Fox aux Etats Unis à diffuser des compétitions d’esport. Il en est de même pour les grands champions sportifs traditionnels qui participent en ce moment à des compétitions de jeux vidéo depuis chez eux. C’est ainsi de nombreux téléspectateurs qui découvrent en ce moment l’esport, notamment sur ES1 dont la démarche a toujours été de rendre l’esport accessible au plus grand nombre», déclare Bertrand Amar, fondateur de la chaîne. Lancée en France en 2018, ES1 est présente sur l’ensemble des opérateurs français, avec récemment une arrivée remarquée sur Canal+ et la plateforme Molotov.tv. La chaîne poursuit également son développement à l’international et est notamment disponible au Québec depuis décembre dernier. Chaque mois, ES1 réunit plus de 1,2 million de téléspectateurs devant ses programmes. ES1 propose des magazines exclusifs sur l’esport, des sessions de jeux en compagnie de grands joueurs, des compétitions de niveau international, des émissions de divertissement avec des personnalités du secteur et des documentaires inédits.