L’ex-étoile montante des cryptomonnaies Sam Bankman-Fried pourrait s’opposer à son extradition

56

L’ex-étoile montante des cryptomonnaies Sam Bankman-Fried a fait savoir mardi, lors d’une comparution devant une juge des Bahamas, qu’il pourrait s’opposer à son extradition vers les Etats-Unis, où il est inculpé de fraudes. Le fondateur de la plate-forme FTX a été arrêté lundi soir, à la demande des Etats-Unis, par la police de cet archipel des Caraïbes, où il possède une résidence. Mardi, le trentenaire s’est présenté vêtu d’un costume bleu et sans menottes dans un tribunal de Nassau, ont rapporté les médias locaux. A cette occasion, il a refusé de «renoncer à son droit d’avoir une audience consacrée à la demande d’extradition», selon les journaux «The Tribune» et Nassau Guardian. Peu après son arrestation, le procureur général des Bahamas, Ryan Pinder, avait dit que son pays agirait «rapidement» dès qu’il aurait reçu la demande formelle d’extradition des Etats-Unis. Les avocats de «SBF» ont ensuite demandé à la juge Joyann Ferguson Pratt sa remise en liberté sous caution, mais les procureurs ont estimé qu’il présentait un risque de fuite trop important. L’audience a ensuite été suspendue et reprendra en début d’après-midi. La justice américaine a révélé mardi avoir inculpé Samuel Bankman-Fried de fraudes, blanchiment et violations des lois électorales. Elle reproche au trentenaire d’avoir escroqué ses clients et ses investisseurs. Concrètement, il est accusé d’avoir, dès les débuts de FTX en 2019, utilisé l’argent déposé par les clients souhaitant spéculer sur les cryptomonnaies pour financer l’activité – et les paris risqués – de sa société de courtage et d’investissement Alameda, et d’avoir menti aux investisseurs sur la santé financière de cette dernière.