M. FIELD (France Télévisions) : «Nous ne sommes pas en rupture de stock en matière de spectacles»

372

Parce qu’il faut #ResterALaMaison, France Télévisions a souhaité enrichir son offre de spectacles vivants sur ses antennes en renforçant son partenariat historique avec la Comédie-Française qui ouvre exceptionnellement l’ensemble de son catalogue. Ainsi, chaque dimanche soir dès 20h50, sur France 5, le public pourra assister à une représentation de «Au théâtre chez soi» depuis son salon. Entretien avec Michel FIELD, Directeur de l’Unité Culture et Spectacle Vivant de France Télévisions.

MEDIA +

France 5 réinvestit le spectacle vivant en Prime Time. Le chemin a été long ?

MICHEL FIELD

Lors de mon passage à la direction de France 5 en 2015, j’avais déjà en tête de remettre le spectacle vivant sur la chaîne. Chemin faisant, nous avons installé courant 2019 «Passage des arts» le samedi, une fois par mois, un rendez-vous qui décline la culture sur toutes ses formes avec des documentaires inédits et du spectacle vivant (musique, opéras, théâtre). Avec la crise du coronavirus, nous avons décidé de passer à la vitesse supérieure et de penser une offre globale de spectacles vivants.

MEDIA +

Comment avez-vous pensé l’offre ?

MICHEL FIELD

D’abord, «Passage des arts» devient hebdomadaire sur France 5, le samedi en deuxième partie de soirée. Le rendez-vous est ainsi consacré aux opéras, ballets, concerts et musique classique. C’est un vrai pari. Chaque dimanche depuis le 29 mars, puisque tous les spectacles se sont arrêtés en France, nous avons ouvert sur France 5 une nouvelle case «Au théâtre chez soi», avec la Comédie-Française. En complément, nous proposons toujours des pièces de théâtre populaires et événementielles sur France 2, en deuxième partie de soirée. Nous rediffuserons les pièces déjà en stock. Il y aura aussi quelques inédits avec des spectacles joués récemment. 

MEDIA +

Comment le partenariat entre France Télévisions et la Comédie-Française a-t-il été scellé ?

MICHEL FIELD

Nous sommes des partenaires historiques de La Comédie-Française, qui par ailleurs a des accords avec Pathé Live. Quelques-unes de leurs représentations sont ainsi projetées au cinéma. Nous nous sommes rapprochés de la Comédie-Française en leur demandant de racheter un certain nombre de captations de Pathé. Ce qui correspond à une petite dizaine de spectacles. En initiant ce partenariat, nous faisons écho au formidable travail de l’équipe de Lumni et surtout de «La Maison Lumni». C’est une façon de proposer aux collégiens et aux lycéens des pièces du répertoire, dont certaines sont dans les programmes scolaires.

MEDIA +

Il y a quelques mois, vous disiez que «les captations théâtrales avaient parfois du mal à percer le mur d’audience»…

MICHEL FIELD

Nous sommes dans une période où les questions d’audience se posent moins. Ce qui est prioritaire pour nous, ce sont les missions de service public. Dans le triptyque «informer, divertir et cultiver», le troisième pôle est tout aussi essentiel que les deux autres. Dans notre démarche, nous envoyons un signe de solidarité au milieu du spectacle vivant qui a été impacté à 100% depuis la crise. Tous les théâtres ont fermé. En retransmettant le 14 mars sur France 2, la dernière pièce en direct, «Un amour de jeunesse», la quasi-veille du confinement, nous savions qu’après ça, nous allions tous plier bagage.

MEDIA +

Quelles autres initiatives mettez-vous en place ?

MICHEL FIELD

Le vendredi soir, en deuxième partie de soirée sur France 2, il va y avoir assez systématiquement des concerts de variétés, de rap ou de hip-hop. C’est un devoir que nous avons vis-à-vis de nos concitoyens privés de sorties. On se sent totalement investi d’une mission citoyenne.

MEDIA +

En plus du théâtre et des concerts, d’autres formes artistiques seront-elles proposées ?

MICHEL FIELD

J’ai récemment envoyé à la direction de la programmation de France Télévisions, les 3 ou 4 beaux spectacles de cirque parfaitement adaptés pour les écoutes conjointes familiales. Nous avons pu aussi diffuser deux numéros de «Génération Paname» sur France 2, dédiés au stand-up. Quand le confinement sera levé, on en enregistrera deux autres. Comme vous le voyez, il y a le théâtre populaire, les pièces plus classiques, les ballets mais aussi les concerts de hip-hop ou RnB, ainsi que le stand-up. On essaie d’être présent sur tous les genres.

MEDIA +

Un mot sur «Le Grand Échiquier» ?

MICHEL FIELD

Le dernier numéro devait passer en direct sur France 2, le mardi 24 mars. On espère pouvoir le programmer d’ici l’été.

MEDIA +

Les captations prévues avant le confinement ont-elles été recalées ?

MICHEL FIELD

Ce qui est certain, c’est que nous ne sommes pas en rupture de stock en matière de spectacles. Et même si nous proposons moins d’inédits, du fait de l’annulation potentielle des festivals estivaux, nous privilégierons alors des rediffusions. Concernant les captations, France Télévisions avait prévu une grosse couverture des festivals de printemps et d’été, un peu comme nous l’avions fait l’année dernière. Nous allons essayer de rattraper notre retard dès le déconfinement. Autre point d’interrogation, la soirée des «Molières», prévue le 11 mai, et qui devait passer en Prime Time sur France 2. Avec les antennes, on a déjà préempté la possibilité de le faire fin juin, mais ce n’est qu’une hypothèse qui pourrait être décalée à la rentrée. (Bruno Solo devrait animer la cérémonie, ndlr).