M. VOINCHET (France Musique) : «25% des écoutes sur l’ensemble de la marque est faite par les webradios»

178

Marc VOINCHET, Directeur de France Musique

France Musique prépare son été. Du 2 juillet au 26 août, la radio change de couleur et tient une promesse, celle du voyage musical, de Debussy à Bernstein en passant par Line Renaud. Entretien avec Marc VOINCHET, Directeur de France Musique. 

media+

France Musique enregistre une hausse de 34% de l’écoute globale de l’offre en 1 an. Quel est votre état d’esprit ?

Marc VOINCHET

On poursuit notre stabilisation de l’audience à la hausse. La modernité de nos offres antenne et web continue son essor. 25% des écoutes sur l’ensemble de la marque sont faites via les webradios. Il y a quelques jours, nous avons officiellement ouvert le site francemusique.com (entièrement en anglais). Même si la musique est un langage universel, son référencement ne l’était pas. C’est le bon moyen pour offrir nos contenus à ceux qui ne parlent pas français. Nous avons un catalogue de plus de 1.600 concerts en ligne, audio et vidéo. Et ce n’est que le début. En stock, nous avons encore beaucoup de contenus que nous allons mettre à disposition grâce à la digitalisation et la délinéairisation de l’offre. A cela s’ajoutent des contenus éducatifs (histoire de la musique, découverte d’une œuvre, biographies de compositeurs et de musiciens, des playlists…).

media+

Allez-vous faire des acquisitions de concerts ?

Marc VOINCHET

Pour l’instant, non. Comme nous le faisons toujours à Radio France, tout vient de la radio. Nous avons largement à faire avec nos émissions et captations de concerts dans l’auditorium. En revanche, je souhaiterais sceller des partenariats et ouvrir un corner «France Musique & Friends» où nous pourrions intégrer des vidéos extérieures comme celles des opéras.

media+

L’été est un terrain de jeux pour thématiser France Musique. Quelle est votre démarche ?

Marc VOINCHET

S’il y a bien une chaîne où l’été ne se fait pas au rabais, c’est chez nous. Pourtant, comme tous les médias, nous avons des contraintes budgétaires. On essaie donc d’avoir de l’imagination. A ce titre, nous proposons une grille que certains vont découvrir seulement pendant l’été. Au programme, de grandes traversées musicales : de Bernstein à Debussy où l’on raconte la vie et l’œuvre des uns et des autres sur de très longs formats que l’on peut podcaster. On ne lâche pas l’auditeur d’une heure à l’autre. (France Musique a enregistré 1,2 million de téléchargements de podcasts en avril 2018, soit + 36% en un an, ndlr).

media+

Intensifiez-vous votre politique de partenariats avec les festivals ?

Marc VOINCHET

Nous renouvelons nos partenariats historiques. France Musique installera par exemple ses studios à Aix-en-Provence à partir du 7 juillet pour les 70 ans de son festival d’art lyrique. Plus de 20 heures de programmes seront à suivre sur France Musique. De plus, notre radio se délocalisera en direct du Festival Radio France Occitanie Montpellier du 13 au 27 juillet. Au programme : musique classique, opéra, musique de chambre, jazz… 50 concerts enregistrés dont 16 en direct. N’oublions pas le festival de jazz de Marciac et celui de Bayreuth qui se met à l’heure wagnérienne.

media+

Quels sont les chantiers de la rentrée pour France Musique ?

Marc VOINCHET

On ne va pas changer grand-chose. En radio, il y a une règle d’or, ne pas trop bousculer les auditeurs. Néanmoins, nous allons travailler les week-ends. Nous voulons créer un rendez-vous hebdomadaire à caractère pédagogique sur les jeunes et les amateurs de musique. Nous pensons l’installer le samedi matin. Cela pourrait s’appeler «Avis aux amateurs» ou encore «France Musique Junior»  et ça rendrait compte des pratiques musicales amateurs. Il y a toute une communauté de gens bénévoles qui font des choses formidables.