J. CAZADIEU (L’Equipe) : «La Coupe du Monde de Football est notre momentum de l’année»

412

Moins d’une semaine avant le lancement officiel de la Coupe du Monde de Football en Russie, le quotidien L’Equipe met les bouchées doubles et répond aux attentes de ses lecteurs et de ses futurs abonnés. Rencontre avec Jérôme CAZADIEU, Directeur de la rédaction de L’Équipe.

Près de 1.000 pages seront dédiées à la Coupe du Monde de Football dans le journal L’Equipe. Comment avez-vous optimisé la couverture de l’événement ?

Beaucoup de nos équipes se déplacent cette année en Russie, dans un contexte évidemment particulier. Les premiers repérages ont eu lieu il y a un an et demi. Nous avons ainsi déterminé le format de cette Coupe du Monde dans la mesure où la Russie est un pays gigantesque avec des stades très éloignés les uns des autres. Nous voulions assurer la meilleure couverture possible de la compétition et du territoire. Grâce au site et à l’appli L’Équipe, les internautes-mobinautes pourront suivre le live commenté et enrichi des 64 rencontres de cette compétition. Les compositions d’équipe, des infos exclusives et des articles inédits seront disponibles chaque jour de 6 heures à 1 heure. Contrairement à certains médias qui traitent du sport depuis leur ordinateur à Paris, L’Equipe couvre les événements sur place. La Coupe du Monde de Football en Russie a un décalage horaire qui nous est favorable (1 heure). Les matchs auront donc lieu en majorité à 14h, 17h et 20h. Nous essaierons d’occuper un espace qui correspond aux pics de consommation de nos usagers. Tous les midis, nous proposerons des contenus inédits et enrichis pour un décryptage technique ou tactique du match du jour ou de l’affiche de la veille.

Vos moyens humains sont-ils plus importants que lors de la précédente Coupe du Monde ?

Absolument ! Au Brésil en 2014, nous avions dépêché 20 personnes. Cette année, en Russie, 26 envoyés spéciaux sont sur le qui-vive. Dix reporters sont dédiés à l’Equipe de France. On s’intéressera également aux supporters, à la sécurité et on donnera des infos sur l’actualité de Neymar, Messi et Ronaldo. Nous accompagnerons la caravane des reporters et des journalistes qui suivent l’Angleterre et nous expliquerons aussi les circonstances géopolitiques de cette compétition en Russie. Comme avec les JO de Sotchi, Vladimir Poutine va utiliser l’écho mondial de la Coupe du Monde pour faire la promotion de son régime. Nous aurons un maillage complet de tous les sujets. Cette compétition est «le momentum» de l’année pour L’Equipe. C’est un peu notre élection présidentielle. Non seulement, nous avons la possibilité d’avoir un tirage important sur le journal mais aussi de générer des audiences impressionnantes sur le numérique. Notre objectif est de faire en sorte que notre diffusion France payée en 2018 soit positive. Les mois de juin et de juillet doivent être très contributifs à cette ambition.

Le 13 juillet 1998, au lendemain de la victoire des Bleus, 1,6 million d’exemplaires de l’Equipe ont été vendus, un record historique. Est-ce une époque révolue ?

Bien entendu ! En 1998, il y avait 15.000 points de vente supplémentaires. Les usages ont changé en vingt ans. Internet était à ses prémices. A ce jour, nous enregistrons 125.000 abonnés sur le numérique. Si jamais la France venait à gagner la Coupe du Monde en Russie, ça aurait un impact considérable sur nos résultats.

La Coupe du Monde vous permettra-t-elle à L’Equipe de recruter beaucoup d’abonnés ?

On l’espère ! Si nous recrutons entre 10.000 et 15.000 nouveaux abonnés, nous serons satisfaits. La Coupe du Monde de Football va aussi nous permettre de fidéliser les fans de football même s’il est évident un public occasionnel viendra nous lire, quel que soit le support pendant la compétition.  Encore récemment, nous avons fait des journées à 100 millions de visites sur le site gratuit.