M6 intéressée par une plateforme commune avec France TV

94

Le président du groupe M6 Nicolas de Tavernost a confirmé mercredi son soutien à l’idée d’une plateforme en ligne qui regrouperait les contenus des chaînes françaises publiques et privées, défendue par la patronne de France TV Delphine Ernotte. «Demain, nous pourrions envisager de regrouper MyTF1, France.tv et 6play, sous une même marque, un même portail», a déclaré M. de Tavernost, dans un entretien au «Figaro» publié mercredi, ajoutant que «M6 rencontrera prochainement les équipes de France Télévisions» pour en discuter. MyTF1, France.tv et 6play sont les portails respectifs des chaînes des groupes TF1, France TV et M6, sur lesquels les téléspectateurs peuvent visionner des programmes en direct ou à la demande. Pour le patron de M6, un portail commun serait avantageux pour le téléspectateur, qui n’aurait plus à jongler entre plusieurs sites, et pour les chaînes dont les programmes gagneraient en visibilité face aux sites comme Netflix et Prime Video d’Amazon, mais permettrait aussi aux participants de faire des économies en mutualisant leurs investissements technologiques. Il fait également valoir qu’un tel projet permettrait aux chaînes françaises, en joignant leurs forces, de capter plus de recettes publicitaires face aux géants américains du Net, les GAFA. «Il y a une vraie valeur ajoutée à l’agrégation de services sur une plateforme commune. Nous aurions plus de données, un meilleur taux de couverture et une force de frappe pour conquérir rapidement des parts de marché face aux Gafa», a-t-il plaidé. La présidente de France TV Delphine Ernotte avait relancé en novembre l’idée d’une plateforme commune aux chaînes publiques et privées, en proposant la tenue d’«Etats généraux» du secteur et la constitution d’une «équipe de France de l’audiovisuel», capable de «devenir un champion européen qui pèse sur la scène mondiale». Alors que France TV prépare le lancement d’une nouvelle plateforme de vidéo à la demande, intégrant des créations de France TV et de producteurs français, elle avait appelé à «aller plus loin en travaillant de concert avec les tv privées, gratuites ou payantes, les opérateurs de télécommunications, les plates-formes existantes et les start-up». Des discussions impliquant France TV, TF1, M6 et Orange en vue de créer un «Netflix à la française» avaient échoué en 2015.