Mediaset : un bénéfice net multiplié par 11 au premier trimestre 2019

50

Le groupe italien de télévision Mediaset, dont le principal actionnaire est la famille de l’ex-chef du gouvernement Silvio Berlusconi, a vu son bénéfice net multiplié par 11 au premier trimestre 2019, à 39,8 millions d’euros, grâce à l’adaptation de son offre aux usages numériques. Le résultat opérationnel (Ebit) a, lui, été multiplié quasiment par trois, à 78,5 millions d’euros, a précisé le groupe mardi soir dans un communiqué. Le chiffre d’affaires a, en revanche, reculé de 14,4%, à 718,2 millions d’euros, avec une baisse importante en Italie et plus modérée en Espagne, sous l’effet du ralentissement du marché publicitaire. La dette a, elle, reculé de 877 millions d’euros fin décembre, à 791,9 millions.Mediaset a évoqué «une nette amélioration» de sa profitabilité «malgré un marché publicitaire qui s’est encore affaibli», témoignant, selon le groupe, des «premiers effets positifs du processus de transformation numérique de l’offre payante lancée dans la deuxième partie de 2018». En dépit d’un marché publicitaire atone, Mediaset s’attend à une hausse de sa profitabilité en 2019 grâce à ce processus. Mediaset est le théâtre d’un conflit entre son principal actionnaire, la famille Berlusconi, et le deuxième, Vivendi, depuis que le groupe français est revenu en 2016 sur un accord prévoyant l’achat de 100% du bouquet de chaînes payantes Mediaset Premium et un échange de participations croisées à hauteur de 3,5%. Vivendi est monté ensuite à 28,8% du capital de Mediaset au cours d’un raid éclair, qualifié d’«hostile» par la famille Berlusconi. Avec sa holding Fininvest, Mediaset réclame devant la justice italienne 3 milliards d’euros de dommages et intérêts à Vivendi pour violation du contrat signé, selon des chiffres publiés par le groupe français.