Microsoft suspend ses «nouvelles ventes» en Russie

336

Le géant américain de l’informatique Microsoft a annoncé vendredi suspendre les «nouvelles ventes» de ses produits et services en Russie, rejoignant la longue liste des entreprises se désengageant au moins temporairement du pays après l’invasion russe de l’Ukraine. «Comme le reste du monde, nous sommes horrifiés, outrés et attristés par les images et les informations qui nous parviennent de la guerre en Ukraine et condamnons cette invasion injustifiée, non provoquée et illégale par la Russie», a déclaré Brad Smith, le président de Microsoft dans un communiqué. L’entreprise n’a pas précisé ce qu’elle entendait précisément par le terme «nouvelles ventes», notamment si elle comptait retirer des magasins russes ses produits invendus.
M. Smith a également indiqué que Microsoft mettait fin à «de nombreux aspects de [leurs] activités en Russie conformément aux sanctions décidées par les gouvernements» sans donner d’avantage de détails. Le groupe de Redmond (Washington) a par ailleurs rappelé qu’il apportait déjà son soutien à l’Ukraine en l’aidant à se protéger contre des cyberattaques russes. «Depuis le début de la guerre, nous avons agi contre des mesures russes de prise de position, de destruction ou de perturbation à l’encontre de plus de 20 organisations ukrainiennes gouvernementales, technologiques ou financières», a affirmé M. Smith. «Nous avons aussi agi contre des cyberattaques visant plusieurs sites civils», a-t-il ajouté. Via son organisation dédiée aux causes humanitaires, Microsoft assure aussi collaborer étroitement avec la Croix Rouge et des agences de l’ONU pour les réfugiés en offrant un soutien financier et technologique. D’autres géants de la tech ont déjà annoncé avoir coupé les ponts avec Moscou ces derniers jours. Apple a cessé de vendre ses iPhone et ses tablettes dans le pays, tandis que des plateformes comme Facebook, YouTube (Google) et Twitter ont bloqué les publications de médias d’Etat russes en Europe.
Le gouvernement ukrainien a utilisé Twitter pour demander à de nombreuses entreprises de cesser de faire des affaires avec la Russie. «Vous savez ce qui se passe en ukraine en ce moment… Si vous défendez les droits humains, vous devez quitter le marché russe !», a ainsi tweeté le vice Premier ministre de l’Ukraine Mykhailo Fedorov à l’intention de Xbox (la console de jeux vidéo de Microsoft) et aussi de PlayStation (Sony). Airbnb et Intel ont rejoint leurs voisins de la Silicon Valley jeudi et en mettant sur pause leurs activités en Russie et au Bélarus. Brian Chesky, le fondateur et patron de Airbnb, a tweeté qu’il «suspendait toutes les opérations en Russie et au Bélarus», sans donner plus de détails, sachant que le tourisme est de toute façon largement empêché par les sanctions occidentales et représailles russes. La plateforme de location de logements a aussi annoncé lundi qu’elle proposerait des solutions d’hébergement jusqu’à 100.000 personnes fuyant les combats en Ukraine. Intel, le fabricant américain de puces électroniques, a déclaré «condamner l’invasion de l’Ukraine par la Russie», et avoir «suspendu toutes les livraisons aux clients en Russie et au Bélarus». Quant à Google, le numéro 1 mondial de la publicité numérique, il a annoncé jeudi qu’il ne vendrait plus d’espaces publicitaires en Russie pour le moment, «au vu des circonstances extraordinaires». Le géant des technologies avait déjà bloqué sur YouTube, en Europe, les médias russes RT et Sputnik, accusés de désinformation sur la guerre en Ukraine.