Mission d’information parlementaire : l’AEF souffre de «défaillances du pilotage»

327

L’Audiovisuel extérieur de la France (AEF) souffre de «défaillances du pilotage», selon le rapport d’une mission d’information parlementaire. Ce rapport, qui doit être examiné mardi par les Commissions des Affaires culturelles et des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, vise à «dresser un bilan de la réforme de l’audiovisuel extérieur de la France mise en oeuvre depuis 2008 et formuler des propositions afin de rendre plus performant cet outil primordial pour l’influence française dans le monde». Le texte décortique la mise en place de cette société holding voulue par Nicolas Sarkozy pour fusionner dans une structure unique Radio France Internationale (RFI), France 24 et TV5-Monde. Le rapport pointe notamment l’absence de contrat d’objectifs et de moyens (COM) qui prive l’AEF et son actionnaire (l’Etat) «d’un outil indispensable de pilotage et de suivi de la mise en oeuvre de cette politique publique». Reconnaissant que l’AEF «a enregistré des résultats encourageants» depuis sa mise en place en 2010, le rapport pointe que «le groupe pâtit toujours d’un défaut de vision stratégique». Les rapporteurs estiment «que les défaillances du pilotage appellent plusieurs réformes, à commencer par la signature d’un COM sous l’impulsion d’un ministère chef de file, qui doit clarifier les objectifs stratégiques de l’AEF», selon le rapport. Ils «ne s’accordent cependant pas sur la pertinence d’une fusion», France 24/RFI. Pour Christian Kert (UMP), corapporteur de la commission des affaires culturelles, «la fusion est une nouvelle étape indispensable dans l’effort de rationalisation et d’amélioration de la performance de l’AEF». Celui de la commission des affaires étrangères, Didier Mathus (PS) est quant à lui «convaincu que les coopérations et synergies indispensables peuvent s’effectuer dans le respect de l’identité des 2 entreprises et sans fusion des structures». Le lancement de l’AEF a été très cahotique et ponctué de grèves à répétition à RFI, sur fond d’un «combat des chefs» entre Alain de Pouzhilac, PDG, et Christine Ockrent, DG déléguée.