NJJ Capital (Xavier Niel) achète Orange Suisse au fonds d’investissement Apax

61

Xavier Niel, via sa holding NJJ Capital, a trouvé un accord pour acheter l’opérateur Orange Suisse au fonds d’investissement Apax pour un montant de 2,8 milliards de francs suisses (environ 2,3 milliards d’euros), a indiqué jeudi une source proche de NJJ. 

Le groupe France Télécom avait officiellement cédé en février 2012 sa filiale helvétique à Apax Partners, pour un peu plus d’1,5 milliard d’euros. A l’époque, Xavier Niel s’était déjà porté candidat à cette acquisition, en association avec la banque Goldman Sachs. «La transaction est soumise à l’approbation réglementaire habituelle des autorités et devrait être finalisée d’ici la fin du premier trimestre 2015», a expliqué dans un communiqué le fonds britannique Apax. «Depuis 2012, lorsque Orange Suisse a été acquis par le fonds Apax, mon équipe et moi avons suivi de très près tous les développements vécus par la société», a souligné Xavier Niel, cité dans le communiqué. «Ma plus grande priorité sera de gérer Orange Suisse en accord avec l’environnement et les spécificités du marché suisse», a ajouté le milliardaire français. 

Orange Suisse, qui employait 871 salariés à fin septembre, compte 2,1 millions d’abonnés, ce qui en fait le numéro trois du marché mobile suisse, nettement derrière l’opérateur historique Swisscom et au coude-à-coude avec Sunrise. Une fusion avortée avec ce dernier en 2010, en raison du refus des autorités de concurrence, avait incité l’opérateur français Orange à se séparer de sa filiale. Sous la gouvernance d’Apax, Orange Suisse a entrepris de moderniser son système informatique, provoquant notamment début 2014 de nombreux ratés dans la facturation de ses clients. Mais l’opérateur est aussi parvenu à déployer un réseau 4G couvrant 85% de la population de la Confédération helvétique, et vient de commencer à proposer la 4G+. 

L’arrivée de Xavier Niel en Suisse est peut-être le prélude à une consolidation du secteur ou à une transformation d’Orange Suisse en un opérateur complet, susceptible de fournir des offres couplées fixe, TV et internet. 

Patron du groupe français Iliad (Free), Xavier Niel s’est emparé en mai dernier de 55% de l’opérateur de télécommunications monégasque Monaco Telecom, après avoir déboursé 322 millions d’euros via sa holding personnelle NJJ Capital. Par l’intermédiaire d’Iliad, il a échoué cet été à prendre le contrôle de l’opérateur américain T-Mobile US, pour lequel il avait proposé plus de 15 milliards de dollars à son propriétaire Deutsche Telekom. 

Iliad a également mené des discussions officieuses en avril avec son concurrent Bouygues Telecom pour une éventuelle acquisition de celui-ci après sa défaite face à Numericable dans la bataille pour le rachat de SFR en début d’année. 

Ce dossier pourrait être à nouveau sur la table en 2015 dans le cadre d’un retour à trois opérateurs sur le marché français, comme cela s’est produit récemment en Allemagne, d’autant plus que Free, actuel quatrième opérateur mobile, consent de lourds investissements afin de construire son propre réseau.