Onclusive dévoile ses études «Les Fake News dans les médias et sur les réseaux sociaux»

112

Onclusive a dévoilé ses études «Les Fake News dans les médias et sur les réseaux sociaux». Il en ressort qu’au cours des six derniers mois, les médias français ont publié 3.265 articles sur les fake news et la désinformation, avec une concentration particulière en mai, juin et octobre, liée à des événements majeurs.

Les discussions sur la désinformation sont variées, couvrant des sujets géopolitiques, des questions polémiques de longue date, l’influence des réseaux sociaux, les nouvelles technologies et l’analyse du fonctionnement de la désinformation.

Entre septembre et novembre, le nombre de fake news a augmenté de manière significative, passant de 79.000 à 2,7 millions, soit une multiplication par 34.

Cette hausse est attribuée au conflit entre Israël et le Hamas à partir du 7 octobre.Avant cela, les fake news étaient principalement axées sur quatre sujets majeurs, à savoir : Donald Trump, les vaccins, le Covid et la guerre en Ukraine, mais à des proportions environ 10 fois inférieures.

Depuis avril, le conflit Israël-Hamas a généré plus de 947.000 mentions en français provenant de plus de 288.000 émetteurs. Les domaines les plus générateurs de fake news en volume sont liés à des événements internationaux majeurs, tels que les conflits, les problèmes de santé publique et les revendications territoriales. Le lobbying économique, les énergies renouvelables, le nucléaire, les personnalités politiques mondialement connues et les sujets économiques et sociaux récurrents sont également des cibles fréquentes.

La viralité des fake news est associée à des sujets tels que les catastrophes, la santé, les célébrités, l’injustice sociale et économique, ainsi que les sujets politiques et religieux clivants.

En ce qui concerne la France, les fake news liées à Israël, le Hamas, les Palestiniens et Gaza, notamment pendant le conflit, représentent un cas uniquedepuis le début de la crise Covid en janvier 2020, avec plus de 900.000 mentions en 38 jours.

Sur les médias sociaux, les socionautes commentant l’actualité qualifient de fake news d’abord des informations issues de médias et journalistes (395.400), des réseaux sociaux eux-mêmes (86.200 dont 41.000 pour la seule responsabilité de la gouvernance de X d’Elon Musk). 55.600 sont attribuées aux partis politiques (différenciés et nommés). Il s’agit bien ici des opinions d’internautes au regard de certaines informations et non d’une qualification objective d’un fait et d’une actualité.