Orange : la branche dédiée aux entreprises («Orange Business») envisage la suppression de près de 700 postes

311

La branche dédiée aux entreprises de l’opérateur Orange («Orange Business») envisage la suppression de près de 700 postes dans le cadre de son plan stratégique, a-t-on appris lundi de source syndicale, confirmant une information du quotidien «Le Monde».

La direction d’Orange doit faire ces annonces cette semaine lors d’un comité social et économique.Près de 700 postes sont concernés sur les 5.700 que compte SCE, l’entité d’Orange Business concernée par ce plan, indique Vincent Gimeno, administrateur salarié de la CFDT d’Orange.

Les activités cloud, gestion des données ou encore cybersécurité, en croissance, ne sont pas concernées par ces suppressions d’emplois, assure de son côté une source proche de l’entreprise.

«Le marché sur lequel évolue Orange Business est en profonde mutation des usages et des technologies avec une baisse importante de la profitabilité de ses activités (télécoms) traditionnelles non compensée à date par ses activités d’intégrateur de services numériques (data, cloud, cybersécurité) malgré une forte croissance», a-t-elle indiqué.

En 2022, la rentabilité d’Orange Business a chuté avec un excédent brut d’exploitation après loyers (Ebitdaal), en baisse de 18,8% par rapport à l’exercice précédent.

Orange Business veut proposer une rupture conventionnelle collective, mais cela nécessite d’obtenir un accord majoritaire avec les organisations syndicales.

En cas d’échec, l’opérateur devra passer par un plan de départs volontaires, ce qui serait «le premier depuis la crise des suicides qu’il y a eu chez France Télécom» en 2008-2009, selon Vincent Gimeno, administrateur salarié de la CFDT d’Orange.

Orange est jusqu’ici parvenu à réduire ses effectifs en France sans y avoir recours, par le biais du dispositif de temps partiel senior (TPS), dont 42.000 salariés auraient bénéficié depuis 2010, selon «Le Monde».

Lors de la présentation de son plan stratégique mi-février, Christel Heydemann, directrice générale d’Orange, avait souligné la nécessité d’un «plan de transformation ambitieux et exigeant» d’Orange Business pour lui permettre de renouer avec la croissance de sa rentabilité (Ebitdaal) «au plus tard en 2025».